Connaissez-vous des choses surprenantes, des faits vraiment étonnants sur l’allaitement maternel ou sur le lait maternel ? Découvrez 24 faits vraiment surprenants sur l’allaitement maternel.


Premier fait la composition du lait maternel évolue au cours du temps pour répondre aux besoins de votre enfant, autrement dit, votre bébé, au fur et à mesure, qu’il grandit a un changement au niveau de ses besoins et le lait maternel, au fur et à mesure, s’adapte à ses nouveaux besoins.

2ème fait : les hormones de l’allaitement et, notamment, l’hormone qui permet l’éjection du lait maternel « l’ocytocine » dont je parle dans cette vidéo, facilite l’endormissement de la maman qui allaite et améliore la qualité du sommeil.

3ème fait : comme chez tous les mammifères, il existe un sevrage naturel et ce sevrage naturel se fait de manière naturelle comme son nom l’indique, sur une fourchette qui se trouve entre 2 ans et 7 ans.

Votre bébé, naturellement, si vous souhaitez l’allaiter le plus longtemps possible et donc jusqu’au sevrage naturel, pourra téter et arrêter de lui-même l’allaitement entre 2 ans et 7 ans, c’est la moyenne, en tout cas.

4ème fait intéressant : la variation des positions d’allaitement, peut-être d’un grand secours pour beaucoup de problèmes pendant l’allaitement.

Par exemple, si vous avez des crevasses, la première chose à faire, c’est de comprendre qu’est-ce qui vous a provoqué des crevasses ?

Pourquoi vous en avez et c’est certainement dû à une mauvaise prise du sein ou à un problème de succion de votre bébé. J’ai fait des vidéos sur le sujet, n’hésitez pas à aller les voir mais c’est vrai que parmi elles, je conseille de varier les positions.

Si vous avez des crevasses essayez de changer de position d’allaitement. Non seulement parce que peut-être que la prise du sein sera meilleure dans une autre position, mais aussi parce que le fait de changer de position d’allaitement permettra à votre bébé de prendre le sein différemment et du coup, vos mamelons seront sollicités différemment.

Votre bébé frictionnera une partie du mamelon différente par rapport à celle qui est à l’origine de vos crevasses ce qui vous permettra, non seulement, peut-être de guérir un peu plus vite mais aussi d’avoir légèrement moins mal.

Varier les positions d’allaitement, vous permettra aussi de soulager beaucoup plus vite un problème de canal engorgé, de canal obstrué, d’engorgement ou de mastite.

Pourquoi ? Parce que, lorsque vous allaitez toujours dans la même position, la position de votre bébé sur votre sein est toujours la même et du coup, ce sont toujours les mêmes canaux lactifères qui sont drainés, qui sont vidés par votre bébé.

Si vous avez un canal qui est obstrué ou que vous avez une mastite, par exemple, il va falloir faire en sorte de drainer, en priorité, le canal qui obstruait l’endroit où est localisée la mastite. Pour cela, varier les positions et faire en sorte notamment de positionner le menton de votre bébé sur la zone qui est obstruée, sur la zone qui est engorgée ou sur la zone qui a la mastite.

5ème fait surprenant, la plupart des bébés ont une préférence pour un sein par rapport à un autre. D’ailleurs la majorité d’entre eux ont une préférence notable pour un sein et le montrent, parce qu’ils tètent plus souvent sur 1 sein par rapport à l’autre.

Il existe même des mamans qui allaitent tout au long de l’allaitement sur un seul sein et elles arrivent même à poursuivre leur allaitement longtemps, en allaitant sur un seul sein.

6ème fait intéressant, c’est tout à fait possible de consommer une quantité modérée d’alcool quand on allaite.

Une quantité modérée, c’est un verre de vin ou un verre de bière en quantité raisonnable, sachant que le taux d’alcool présent dans le lait maternel est équivalent au taux d’alcool présent dans votre sang. Inutile donc de tirer votre lait après avoir bu pour espérer retirer l’alcool présent dans le lait maternel.

Tant que vous avez un taux d’alcool dans le sang, vous avez toujours aussi un certain taux d’alcool dans votre lait !

Vous pouvez, en revanche, acheter un test exprès, pour tester votre lait et savoir quelle quantité d’alcool il y a dedans. Dans tous les cas, le plus simple, c’est d’allaiter votre bébé juste avant de boire votre petit verre de bière, par exemple, et, ensuite, d’attendre de préférence entre 2 à 3 heures avant d’allaiter votre bébé.

Sachez, cependant, que la consommation d’alcool, même en quantité assez faible, peut réduire votre réflexe d’éjection du lait maternel et impacter aussi sur votre production de lait maternel.

7ème fait surprenant, il existe, ce qu’on appelle la grève des tétées. Certains bébés vont, du jour au lendemain, ne plus vouloir téter ou simple pour « x » ou « y » raison, soit ça peut arriver à n’importe quel moment de l’allaitement :

  • ça peut être déclenché par une confusion sein/tétine,
  • ça peut arriver, par exemple, parce qu’il vous aura mordue et que vous aurez eu une réaction un peu excessive et ça l’aura un peu bloqué,
  • cela peut être du au fait que les tétées ne sont pas agréables pour lui et du coup, il ne veut plus téter au sein,
  • bref, ça peut arriver à n’importe quel moment de l’allaitement.

Vous pouvez, malgré tout, faire en sorte de revenir à un allaitement et redonner l’envie à votre bébé de revenir au sein mais tout doit se faire de manière progressive, en suivant des étapes et en étant surtout très patiente.

8ème fait surprenant, le lait maternel peut-être éjecté à plusieurs mètres, c’est ce qu’on appelle le réflexe d’éjection fort.

C’est lorsque le lait maternel sort très vite et très fort de vos mamelons. Cela peut se traduire par des tétées un peu chaotiques et un bébé un peu nerveux au cours des tétées, qui peut lâcher et reprendre le sein plusieurs fois ou qui peut s’énerver, être agacé lorsqu’il tète ou qui peut aussi déglutir très vite, très souvent, vous pouvez avoir l’impression que votre bébé évolue et en réalité, c’est juste que votre lait sort tellement vite, qu’il est obligé de déglutir très vite pour pouvoir tout boire.

Si vous souhaitez savoir si vous avez un REF, n’hésitez pas à aller voir la vidéo sur le sujet.

9ème fait intéressant et surprenant sur le lait maternel, c’est que sa composition varie et change au cours même d’une tétée : le lait de début de tétée est différent du lait de fin de tétée.

Au fur et à mesure de la tétée, le lait s’enrichit, devient moins riche en eau et plus riche en matière grasse, pour se transformer en lait de fin de tétée. Autrement dit, le lait gras.

Connaître cette information est assez important parce que ça vous permet de donner accès à votre bébé à toute la globalité de votre lait maternel et ça vous permet aussi de faire en sorte qu’il soit davantage rassasié, si vous lui donnez accès à tout le lait et notamment au lait de fin de tétée.

10ème fait surprenant, il existe ce qu’on appelle les tétées groupées, ce sont des tétées qui sont répétées plusieurs fois et ça, souvent, aux alentours de 19 h, ce sont les tétées du soir, qu’on appelle tétées groupées et qui sont des tétées par grappes.

Votre bébé va avoir tendance à téter, plusieurs fois, avec une fréquence élevée et donc un rythme très serré. Il aura fini de téter et, quelques minutes après, il voudra, de nouveau téter.

La plupart des mamans penseront qu’elles manquent de lait mais c’est assez normal, si ça arrive seulement en soirée aux alentours de 19 h, ça c’est normal que votre bébé réclame souvent le sein, c’est ce qu’on appelle tétée groupée et c’est ce qui va le préparer à la séparation nocturne.

11ème fait surprenant, le lait maternel peut changer de couleur, il passe facilement du blanc au jaune et peut aussi prendre des teintes un peu plus sur le vert ou sur le bleu, selon l’alimentation de la maman.

Si, par exemple, la maman mange des algues, de la spiruline par exemple, qui a un très fort pouvoir colorant, ça peut agir sur la teinte du lait maternel donc ne vous inquiétez pas, si votre lait change de couleur ou n’est pas toujours pareil, c’est normal qu’il ne soit pas blanc perle comme le lait de vache, il est beaucoup plus pauvre en caséine et du coup, il est plus digeste pour votre bébé. C’est aussi pour cela qu’il a une teinte un peu plus jaune.

Sa couleur va aussi changer selon si votre bébé est en bonne santé, s’il est malade ou pas, etc…

Le lait maternel change en permanence.

12ème fait surprenant, on peut parfaitement allaiter un enfant qu’on a adopté donc il n’y a pas nécessité d’être la mère biologique d’un enfant pour pouvoir l’allaiter, c’est ce qu’on appelle l’allaitement induit.

13ème fait surprenant, il y a ce qu’on appelle les pics de croissance du bébé, c’est valable, aussi bien pour les bébés allaités, que pour les bébés nourris au biberon mais ça passe un peu plus inaperçu pour les bébés nourris au biberon parce que les mamans peuvent facilement augmenter les dosages, à coups de cuillère de lait en poudre.

En revanche, pour l’allaitement, c’est un peu moins facile… Ces pics de croissance qui se situent à des moments assez précis de l’allaitement, si vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas à aller voir la vidéo sur le sujet.

Dans tous les cas, ce que vous devez savoir, c’est qu’à chaque pic de croissance, votre bébé va être un peu plus ronchon, va réclamer beaucoup plus souvent votre sein, que ce soit de jour ou de nuit et ça pour une raison très précise, c’est pour vous aider à produire beaucoup plus de lait et répondre à ses nouveaux besoins qui sont plus élevés.

14ème fait surprenant et à la fois intéressant, c’est le fait que votre lait change au cours des saisons !

En été, il est beaucoup plus riche en eau pour pouvoir hydrater beaucoup plus votre bébé et donc répondre à ses besoins l’été et en revanche, en hiver, il est beaucoup plus riche en graisse pour pouvoir, là aussi, répondre à ses besoins de protection contre le froid.

15ème fait surprenant sur l’allaitement et celui-là, peut-être que vous le connaissez déjà, c’est qu‘il existe des aliments qu’on appelle des aliments galactogènes autrement dit, des aliments qui vont aider à la production de lait.

Ces aliments, lorsque vous les consommez, la plupart du temps sous forme de tisane, vont vous aider à augmenter votre production de lait, mais, attention, ils ne sont pas non plus magiques !

Si les fondamentaux de l’allaitement ne sont pas en place, c’est pas juste ça qui va vous permettre d’augmenter d’un coup votre production de lait.

Il faut, avant tout, que la prise du sein, la succion du bébé soit bonne, la fréquence des tétées soit assez conséquente pour que votre production de lait maternel suive.

Si vous voulez plus d’informations, j’ai fait une formation gratuite sur la lactation, cliquez ici pour vous inscrire.

Ensuite en complément, vous pouvez prendre des tisanes galactogènes pour pouvoir augmenter votre lactation, encore plus.

16ème fait surprenant, c’est que le lait maternel a des pouvoirs pour soigner

Vous pouvez l’utiliser par exemple pour soigner une conjonctivite parce qu’il a des propriétés antibactériennes et c’est très intéressant de l’utiliser, vous pouvez aussi l’utiliser à la place d’une crème pour bébé par exemple, lors d’un érythème fessier, vous pouvez appliquer du lait maternel dessus pour aider à la cicatrisation pour soigner les plaies et en parlant de cicatrisation, vous pouvez aussi utiliser votre lait maternel pour cicatriser vos crevasses, c’est ce qu’on appelle le pansement au lait maternel.

Pour cela, il vous suffira d’essuyer votre mamelon après la tétée et d’extraire votre lait manuellement au niveau du sein et de l’appliquer sur votre mamelon et sur votre aréole et de le laisser poser pour qu’il agisse et qu’il permette d’accélérer la cicatrisation.

17ème fait surprenant et que beaucoup d’entre-vous croient certainement pas possible, c’est le fait de pouvoir relancer votre allaitement même après plusieurs semaines d’arrêt, c’est tout à fait possible.

Il suffit de s’investir et de savoir ce qu’il faut mettre en place, précisément, pour relancer votre lactation et puis la machine se remet en route et ensuite on peut revenir à un allaitement exclusif.

C’est même arrivé à plusieurs de mes clientes du programme LACTOBOOST™.

Elles avaient arrêté leur allaitement parce qu’elles n’y arrivaient plus, qu’elles pensaient ne plus avoir de lait, et ,au fur et à mesure, leur allaitement s’est arrêté comme ça et ensuite, elles l’ont regretté.

Du coup, elles ont suivi mon programme pour relancer leur lactation et elles ont réussi.

Il y a même une maman qui allaitait des jumeaux qui a réussi à revenir à un allaitement exclusif donc imaginez, elle a réussi à produire une quantité de lait pour deux bébés après s’être arrêtée pendant une ou deux semaines.

18ème fait surprenant, des tensions dans le cou, dans la nuque, dans les mâchoires peuvent empêcher votre bébé d’avoir une prise du sein assez profonde donc une bonne prise du sein ou une bonne succion

Ces bébés là qui ont des tensions qui sont assez complexes au niveau du cou ou de la mâchoire vont avoir tendance, même si au début, ils réussissent à bien prendre votre sein, ils vont avoir tendance ensuite à reculer et à ne prendre que le mamelon.

Cela peut-être aussi le cas des bébés qui ont des freins de langue, on en parlera un peu après mais voilà, si vous voyez que votre bébé, au début, prend bien le sein et qu’ensuite il a tendance à reculer et prendre seulement le mamelon, peut-être que vous devriez voir un spécialiste pour des problèmes éventuels de tension dans la nuque, dans le dos ou dans les mâchoires.

19ème fait surprenant et relativement courant, c’est qu’un bébé peut avoir un frein de lèvres ou un frein de langue trop court.

Un frein de lèvres trop court se voit parce que votre bébé va toujours avoir les lèvres qui vont être vers l’intérieur lorsqu’il tète et, ça, même si vous relevez ses lèvres comme ceci lors de la tétée.

C’est un des conseils que je donne dans la vidéo « comment corriger la prise du sein » : je conseille de relever la lèvre manuellement de votre bébé.

Si, malgré cela, votre bébé a tendance, de nouveau, à avoir la lèvre qui rentre vers l’intérieur, peut-être qu’il a un frein de lèvre trop court donc c’est une chose à vérifier.

Ensuite , un frein de langue trop court se voit parce que la langue va avoir tendance à former un « V » lorsqu’il va tirer la langue vers le haut au lieu de former un « U » classique lorsqu’on tire la langue, avec un frein « standart ».

Vous pouvez aussi le voir parce que là aussi votre bébé va avoir tendance à avoir une succion qui ne sera pas efficace et avoir tendance à prendre le sein de manière pas assez profonde, là aussi, la tendance plutôt à prendre seulement le mamelon.

20ème fait surprenant votre lactation, votre production de lait peut-être considérablement affectée par vos émotions et notamment vos émotions négatives.

Si vous êtes fatiguée, si vous êtes stressée, si vous avez peur ou si vous êtes triste, chacune de ces quatre émotions a tendance à impacter très négativement sur votre lactation et à la pénaliser, donc essayez toujours de faire en sorte d’être le plus détendue possible lorsque vous allaitez, lorsque vous tirez votre lait et de faire cela dans des conditions agréables pour avoir un réflexe d’éjection qui se fasse naturellement et sans contrainte.

Pareil pour votre production de lait maternel, les deux sont liées, c’est toujours mieux de vous sentir bien, de faire en sorte de vous reposer suffisamment pour ne pas être impactée par la fatigue et d’avoir confiance en vous, en votre bébé et en votre allaitement donc, autrement dit, ne pas être stressée parce que ça aussi ça peut affecter votre production de lait.

Pour être plus confiante, il n’y a pas de secret, il faut vous informer sur l’allaitement ! Plus vous en saurez sur l’allaitement, et plus vous aurez confiance en vous.

21ème information que je souhaitais partager avec vous, c’est tout simplement qu’on peut parfaitement poursuivre un allaitement exclusif malgré la reprise du travail.

Jj’ai beaucoup de clientes qui l’ont fait, j’ai beaucoup d’abonnées aussi qui le font, ce n’est pas impossible.

Vous pouvez très bien le faire, il suffit d’avoir une excellente organisation et du bon matériel pour pouvoir poursuivre votre allaitement, tirer votre lait dans les bonnes quantités.

Pour cela, je vous ai préparé le programme WORKIN’MOM: l’organisation idéale pour reprendre le travail et poursuivre un allaitement exclusif.

Il est à votre disposition quand vous voulez.

22ème information intéressante pour vous, c’est de savoir que ce que vous tirez au tire-lait n’est pas du tout représentatif de ce que boit votre bébé. Autrement dit la quantité que vous allez tirer au tire-lait ne correspond pas du tout à la quantité de lait que boit votre bébé parce que la succion de votre bébé est beaucoup plus efficace que le tire-lait et votre bébé reçoit plus de lait que ce que vous allez tirer au tire-lait, – à part si votre bébé a des problèmes de prise de sein ou de succion– mais dans une situation normale ou votre allaitement se passe bien, votre bébé est beaucoup plus efficace que le tire-lait et extrait plus de lait de votre sein que votre tire-lait.

Inutile donc de comparer la quantité de lait que vous allez tirer au tire-lait à ce que vous pensez que bébé reçoit, ça n’a rien à voir.

23ème fait très intéressant sur l’allaitement maternel, c’est qu’il répond à la loi de l’offre et de la demande, qu’est-ce que ça veut dire ça ?

Cela veut dire tout simplement que si vous voulez produire plus de lait, il faut faire téter votre bébé plus souvent, si vous voulez produire moins de lait, il faut réduire le nombre de tétées.

Pourquoi ? Parce que lors des tétées, votre corps analyse, en quelque sorte, la tétée en elle-même, la durée de la tétée, il analyse aussi la fréquence des tétées et il analyse le drainage du sein.

En fonction de tous ces facteurs, il va pouvoir établir une espèce d’analyse et y faire correspondre une quantité de lait à produire ou pas donc, plus vous allez nourrir votre bébé, plus vous allez l’allaiter et plus votre corps va savoir qu’il faut produire plus de lait.

En revanche, moins vous allez allaiter votre bébé et moins votre corps va produire de lait.

24ème fait intéressant et surprenant sur l’allaitement, c’est tout simplement le fait que la taille des seins de la maman qui allaite n’est pas du tout corrélé à sa capacité de production de lait maternel.

Autrement dit si vous avez de petits seins et que certaines personnes vous disent que vous ne pourrez pas allaiter ou que vous n’aurez pas suffisamment de lait pour votre bébé ce sont des mythes, ce sont des bêtises absolues parce que ce n’est pas du tout corrélé à la taille des seins.

En effet, la taille des seins n’est pas du tout liée à la quantité de glandes mammaires qui s’y trouvent mais aux tissus adipeux qui l’entourent, donc ça n’a rien à voir avec vos capacités de production de lait maternel.


Voilà les 24 faits dont je souhaitais vous parler ! Si vous avez aimé la lecture de cet article, n’hésitez pas à rejoindre les 7000 abonnées de mes conseils privés, dans lesquels je partage avec vous plein d’informations extraordinaires et extrêmement utiles pour votre allaitement.