Cela va vous paraître injuste, surtout en période de fatigue, mais ce sera pourtant votre cas aussi. Juste au moment où vous aurez réussi à instaurer un rythme d’allaitement satisfaisant et régulier, votre bébé va tout foutre en l’air bouleverser.

Bienvenue dans la poussée de croissance ! 😥

La plupart des bébés traversent plusieurs poussées de croissance ou pics de croissance au cours des 12 premiers mois de leur vie. C’est normal, il ne faut pas s’affoler !

Dans cet article nous allons voir :

  • Les symptômes d'une poussée de croissance.
  • Son utilité dans le développement de l'enfant et l'évolution de l'allaitement.
  • A quel âge bébé peut faire un pic de croissance.
  • Ce qu'il faut faire / ce qu'il ne faut pas faire.

 


Qu’est-ce qu’une poussée de croissance?

Définition

Une poussée de croissance est une période clé dans l’évolution de bébé.

Le terme « poussée de croissance » ou « pic de croissance » évoque essentiellement la croissance physique.

Pourtant cette phase correspond surtout à un bond dans le développement de votre enfant, qui se traduit – in fine  par l’acquisition de nouvelles capacités.

Votre bébé évolue rapidement, et comprend mieux le monde qui l’entoure

En très peu de temps, il acquiert de nouvelles compétences, apprend à mieux connaître son corps et progresse d’un point de vue sensoriel.

 

La poussée de croissance et la production de lait maternel

poussée de croissance allaitement

La poussée de croissance témoigne tout simplement d’une période de transition qui va permettre à la maman d’adapter sa production de lait à la croissance de bébé.

Celui-ci grandit, et va avoir besoin d’une quantité de lait supérieure. Il est donc normal qu’il tète plus.

 

« Téter plus pour boire plus »

 

Durée de la poussée de croissance

L’augmentation de la consommation de lait du bébé pendant les poussées de croissance est temporaire.

La bonne nouvelle c’est qu’elle ne dure pas longtemps : entre deux et quatre jours (même si ça semble vite être 10 jours).

On pourrait comparer ça à des rafales. Ça dure très peu de temps, mais ça chamboule tout !

 

Les symptômes du pic de croissance

Bébé a toujours faim

Souvent, les enfants ont très faim pendant la poussée de croissance. Ce sont de véritables ogres !

Les nourrissons allaités sont beaucoup plus en demande qu’à leur habitude.

Ils peuvent aller jusqu’à réclamer une tétée toutes les heures, jour et nuit.

Pourtant, vous aurez l’impression qu’il aura faim dès la fin de tétée, et qu’il se taperait bien un bon burger triple steak en plus de votre lait ! 😀

Cela fait justement partie des comportements du bébé en poussée de croissance : bébé est insatiable.

C’est parfaitement normal.

Toutes les acquisitions en cours, sa nouvelle perception de l’espace, des choses, des sensations etc… fait qu’il dépense beaucoup d’énergie.

A vous de répondre à ses nouveaux besoins afin qu’il se sente bien.

N’ayez pas peur de trop le nourrir. Les bébés savent s’arrêter d’eux-même. Leur instinct est au top. 😉

 

« Je n’ai plus de lait, au secours ! », se dit maman !

C’est à cet instant que les mamans sont souvent déroutées et pensent ne plus avoir assez de lait.

C’est aussi à cette période que vos seins seront tout vides, ce qui accentuera votre impression de manquer de lait

Cette période est difficile parce qu’en plus d’avoir peur de manquer de lait, on est fatiguée.

Les nuits sont peu réparatrices (bébé demande à téter souvent, ne dort plus aussi bien etc…). Les journées ne pas plus reposantes…

Du coup, on se sent vite dépassée (voire dévastée) si on ne comprend pas ce qu’il se passe !

Parfois (rarement) ces poussées de croissance passent inaperçues parce que la maman pense qu’il s’agit d’une poussée dentaire ou d’un événement important qui aura bouleversé l’enfant.

 

? ASTUCE : Notez à l’avance, sur votre calendrier en gros « période de pic » afin de le reconnaître dès son apparition. Vous serez ainsi mieux préparée, et le vivrez plus sereinement. Pour cela, référez-vous aux âges des poussées de croissance référencées dans les paragraphes suivants.

Bébé est plus collant 

La croissance physique n’est pas la seule raison pour laquelle les bébés peuvent avoir un besoin temporaire supérieur en lait et en affection.

Les bébés grandissent aussi intellectuellement, et ce besoin de téter plus pendant un certain laps de temps correspond aussi à une phase psychologique, intellectuelle et affective.

 

Bébé est ronchon

Votre bébé, aussi doux et agréable soit il en temps normal, devient… comment dirais-je ?

CASSE-PIEDS !

Il pleure souvent, il se plaint, est impatient.

Ce sont souvent les premiers signes de la poussée de croissance : le changement d’humeur soudaine de bébé !

Résultat : bébé est plus difficile à garder que d’habitude, les journées sont épuisantes.

Sa nouvelle perception du monde le déstabilise, ce qui le rend plus sensible et plus pénible.

Il semble en permanence insatisfait.

Le problème c’est que cette attitude nous déstabilise à notre tour quand on ne connait pas la poussée de croissance !

Face au nouveau monde qui l’entoure, votre bébé aura besoin de sécurité et de réconfort.

Seules la proximité avec lui, la patience et la bienveillance pourront l’apaiser.

………………………………………… { ZEN ATTITUDE }……………………………………..

 

Bébé fait des progrès !

Vous remarquerez certainement une progression de votre bébé sur le domaine moteur ou affectif juste après la poussée de croissance :

✔️ Apparition du premier sourire

✔️ Premiers pas à quatre pattes

✔️ Premier mot ou syllabe

✔️ Ou bien bébé réussit une nouvelle chose comme se retourner tout seul par exemple ou se tenir bien droit lorsqu’il est assis…

Une croissance et un développement complets en somme !

 

Le sommeil de bébé est altéré

Pendant toute la poussée de croissance beaucoup de bébés vont dormir moins.

Beaucoup moins.

Les nuits sont très perturbées car souvent, bébé a faim, et réclame à manger pendant la nuit.

➡️ S’il est déjà sevré la nuit, il risque de recommencer à réclamer…

➡️ Si il boit encore du lait la nuit, il risque de se réveiller plus souvent pour demander des boires en plus ! C’est fatigant pour vous, mais c’est mieux de le faire.

 

Quand les bébés ont-ils des poussées de croissance? 

Les pics de croissance ont souvent lieu à des périodes bien définies et assez communes chez la plupart des bébés.

Quelques écarts d’une semaine par rapport aux âges habituels peuvent être considérés. Cependant, ces poussées se confirment chez la plupart des bébés, au même âge !

 

Le premier pic de croissance = première semaine

Il a lieu pendant la période des 7 à 10 premiers jours de vie.

Il passe souvent inaperçu car à ce moment-là nous sommes complètement « accrocs » à notre bébé. C’est une période encore très fusionnelle où on garde beaucoup bébé contre nous.

 

Poussées de croissance : le 3-6-9

Après le premier pic, voici les âges de bébé auquels surviennent plusieurs autres poussées de croissance :

 ? A 3 semaines

 ? 6 semaines

 ? 3 mois

 ? 6 mois

 ? Et enfin à 9 mois

 

? Ces âges peuvent légèrement varier ou être décalés, notamment concernant les bébés prématurés ou les bébés nés plus tard que leur date de naissance initialement prévue.

 

poussée de croissance 3 6 9

{ Conseil mémo-technique }

Personnellement, pour me souvenir rapidement des âges auxquels bébé est susceptible d’avoir une poussée de croissance, je pense aux temps de cuisson de l’oeuf !

3-6-9 : (à la coque, mollet, dur) lol

 

Quelle est la meilleure façon de gérer une poussée de croissance?

Etre disponible 24h/24

La meilleure attitude à adopter, c’est d’être à l’écoute de votre enfant et de répondre à ses attentes.

Il vaut mieux avoir du temps libre pour cela, et je sais que ce n’est pas toujours le cas !

Essayez cependant de faire téter bébé à la demande, si possible jour et nuit.

Adaptez votre comportement à votre situation, mais faites le maximum car c’est ce qui vous permettra de produire plus de lait et répondre à ses nouveaux besoins dans les meilleurs délais. (Dans le cas contraire votre production de lait risque de chuter fortement ce qui mettra en péril votre allaitement)

Bébé recevra automatiquement plus de lait si vous l’allaitez plus souvent, et votre approvisionnement en lait augmentera proportionnellement à la fréquence des tétées.

 

? Plus vous serez disponible pour votre bébé, et plus les tétées seront fréquentes, plus vite la poussée de croissance se terminera.

 

Je travaille, comment faire ?

travail et pics de croissance

Si vous travaillez, pas de panique.

Essayez d’allaiter votre enfant le matin avant de partir au travail.

Ensuite, le soir en rentrant du travail, gardez-le un maximum contre vous, en peau à peau, avec un allaitement à la demande (au moins pendant la durée du pic de croissance).

Laissez-le téter la nuit s’il le demande.

? La nuit, le taux de prolactine (l’hormone de production du lait) est beaucoup plus élevé, ce qui est très bon pour relancer la production de lait (lactation).

Cette disponibilité totale est nécessaire au développement de votre lactation afin qu’elle s’adapte aux nouveaux besoin de l’enfant. C’est épuisant, mais ça dure peu de temps.

Si vous en avez la possibilité, n’hésitez pas à poser 2 ou 3 jours de congés à ce moment-là.

Votre production de lait maternel vous remerciera. ;p

NB : Une fois que vous aurez vécu quelques poussées de croissance vous n’aurez plus besoin de vous poser de questions. Vous comprendrez assez vite que votre bébé fait un pic de croissance, et vous saurez vous adapter. Une fois qu’on sait ce que c’est, c’est beaucoup plus facile !

 

Apaiser bébé : quelques astuces

Pendant cette période de nervosité, bébé a besoin d’attention, et de câlins.

Si maman ou papa ont des astuces pour l’apaiser, la poussée de croissance se passera mieux !

→ Voici quelques astuces récupérées dans les témoignages de mamans :

❤️ PRENDRE UN BAIN AVEC BEBE :

Le fait de prendre un bain avec bébé lui apporte beaucoup de sérénité.

Il retrouve la proximité et la chaleur de son papa ou sa maman. Il est au contact de l’eau, et profite des sensations agréables du bain.

❤️ LUI FAIRE ECOUTER DES SONS REGULIERS :

Les sons réguliers l’apaiseront et le calmeront.

Cela peut être un simple CD d’enregistrement du bruit de la mer par exemple. Bizarrement, les mamans ont évoqué à plusieurs reprise le bruit du sèche-cheveux. Ça aurait fait des miracles ! Le bruit de l’aspirateur peut marcher aussi.

 

Puis-je compléter les tétées par du lait infantile ?

⚠️ Il n’est pas nécessaire (et même déconseillé) de compléter vos apports de lait maternel avec du lait artificiel.

Même si vous avez l’impression de manquer de lait, si vous allaitez votre enfant souvent, la production de lait suivra.

Au contraire, si vous prenez peur de manquer de lait et que vous lui offrez du lait infantile en plus des tétées, ce sera une stimulation en moins que votre enfant fera sur vos seins.

Votre production de lait va donc chuter.

Je vous déconseille donc de vous laisser tenter par l’ajout de complément ou de lait industriel à vos tétées.

C’est une solution à adopter seulement si votre enfant a une chute de poids inquiétante.

Par ailleurs, l’introduction d’un complément de lait est souvent associée à l’usage du biberon.

Malheureusement l’utilisation du biberon dans les premiers mois de l’allaitement peut être très néfaste pour la suite de l’allaitement.

En effet, très souvent, il engendre une confusion sein/tétine. Autrement dit, bébé ne sait plus téter au sein lorsqu’il apprend à téter au biberon. 

Pour nourrir bébé autrement qu’au sein, mieux vaut privilégier les alternatives au biberon.

 

Comment survivre aux poussées de croissance de mon bébé ?

Survivre aux pics de croissance

Etant donné que vous serez probablement déjà fatiguée au moment où votre enfant va vous demander de faire des prouesses de dévouement total, voici quelques conseils pour survivre à cette période difficile et délicate :

✔️ Buvez souvent

vous hydrater vous aidera à moins ressentir la fatigue, et à produire plus de lait.

✔️ Faites-vous aider

Parler de ce « pic » à votre chéri, et lui demander de faire des efforts supplémentaires pendant ces quelques jours sur les tâches ménagère, la cuisine etc…

Si votre chéri n’est pas du genre à vous aider, faites appel à votre maman ou une amie.

✔️ Aménagez un espace agréable pour les tétées

Faites de votre chambre (ou pièce d’allaitement favorite) un lieu cocoon dans lequel vos livres, séries TV, et grignotages préférés sont à portée de main.

Pour cela lisez mes conseils et astuces pour des positions d’allaitement plus confortables afin de vous organiser pour faire de ces tétées fréquentes, un moment AUSSI pour vous faire plaisir A VOUS !

✔️ Acceptez la situation

Accepter de ne pas avoir de vie personnelle pendant quelques jours, et de se dédier à l’allaitement (pour mieux en profiter après).

Pensez à tout le lait que vous allez produire grâce à ces nombreuses tétées !

 

Et si je n’avais pas assez de lait ?

Comment vérifier que bébé boit assez de lait ?

Comment savoir si bébé boit assez de lait ?
Fiche « Savoir si bébé boit assez de lait » extraite du set « Mon bébé allaité : le comprendre, et répondre à ses besoins »

 

⚠️ Si vous avez peur de manquer de lait, vous pouvez surveiller le nombre de couches que votre bébé mouille. Référez-vous aux quantités de couches qu’un enfant mouille selon son âge.

Si vous préférez suivre sa prise de poids, rien de plus facile :

Pesez vous toute seule, puis pesez-vous avec bébé dans les bras. Vous faites la différence de poids et vous savez combien pèse votre enfant.

S’il prend du poids régulièrement, inutile de s’inquiéter par rapport à votre production de lait.

 

Comment faire en sorte que ma production de lait progresse ?

✔️ Agissez sur les processus de lactation autocrine / endocrine

✔️ Boostez vos taux de prolactine pour augmenter votre production de lait maternel.

✔️ Appliquez la technique du power pumping ou du marathon des tétées

✔️ Entretenez une alimentation favorable à la lactation

✔️ Évitez les aliments anti-galactogènes

✔️ Consommez des plantes galactogènes ou des tisanes pour soutenir votre lactation.

✔️ Aidez votre bébé à drainer votre sein complètement grâce à la « tétée idéale »

✔️ Suivez un rythme d’allaitement qui permettent de maintenir la prolactine à un taux élevé.

Toutes les méthodes évoquées ci-dessous vous semblent floues et pourtant vous avez peur de manquer de lait ?

Pour être guidée, vous pouvez rejoindre le programme « Avoir plus de lait en 3 jours ».

En attendant d’appliquer tous ces conseils, vous pouvez déjà appliquer la méthode de l’hyper-alternance des seins.

Il s’agit de changer fréquemment de sein en fin de tétée, lorsque vous sentez que vous n’avez plus de lait et que votre bébé a encore faim.

Cette méthode vous dépannera mais ne vous permettra pas d’avoir beaucoup plus de lait. Par ailleurs, elle est à éviter si votre bébé présente des fragilités au niveau digestif : coliques, reflux

 

Réussir cette étape de l’allaitement / Synthèse

La poussée de croissance apparaît à des moments importants de la vie de bébé. Ce sont des périodes charnières.

Les 2 actions indispensables à une bonne poursuite de votre allaitement

peau à peau et poussées de croissance
peau à peau

Il faut leur donner l’importance qu’elle mérite.

Maintenant que vous avez compris à quoi sert la poussée de croissance, vous savez qu’elle est indispensable.

Elle vous permet de produire une quantité de lait adaptée aux nouveaux besoins de bébé.

Pour réussir cette étape fondamentale, retenez ces deux choses :

  1. Disponibilité maximum pour bébé, en peau à peau.
  2. Fréquence de tétée à la demande. Même si c’est 10-15 minutes toutes les heures, il faut le faire.

Plus vous serez disponible et prête à faire téter votre enfant aussi souvent que nécessaire, plus la durée du pic de croissance sera courte.

 

Ce qu’il ne faut pas faire

Soyez attentive, si vous tenez à poursuivre l’allaitement, ne négligez pas la poussée de croissance.

Le fait de ne pas faire téter votre bébé assez souvent (ou de lui ajouter un biberon de lait infantile) va mettre en danger votre allaitement.

Les gens autour de vous risquent de vous donner de mauvais conseils en pensant que votre lait « n’est pas assez riche », « pas assez nourrissant », ou que « vous manquez de lait ».

Surtout ne les écoutez pas.

 


Conclusion

Désormais, vous savez pourquoi votre bébé est ronchon, collant, et veut téter tout le temps…

Vous comprenez mieux votre sensation de « seins vides » et la peur de manquer de lait. Vous savez enfin pourquoi votre bébé a ce comportement depuis quelques jours…

 

Je vous souhaite à toutes un très heureux allaitement !