La mastite est l’une des principales causes d’arrêt de l’allaitement

Cette inflammation se manifeste par une douleur localisée sur une zone du sein, accompagnée de fièvre et d’un état grippal général.

Elle peut s’accompagner d’une infection et les tétées peuvent être très douloureuses.

Il existe plusieurs types d’inflammations du sein : l’Engorgement mammaire, l’obstruction du canal lactifère, et la mastite


Qu’est-ce qu’une mastite et quels risques pour votre allaitement ?

La mastite ou mammite est une inflammation du tissu/glande mammaire qui peut ou non être accompagnée d’une infection.

La stase du lait est le principal facteur aggravant.

Son apparition est liée à une diminution du microbiote maternel normal au profit d’une population bactérienne pathologique.

Elle peut dégénérer en abcès en cas de défaut ou de retard de prise en charge.

Les 2 types de mastite et l’allaitement

Il existe deux types de mastite :

  • la mastite inflammatoire ou Lymphangite mammaire : non infectieuse.
  • la mastite infectieuse ou Galactophorite.

Mastite non infectieuse

La mastite non infectieuse présente des symptômes locaux modérés (engorgement, douleurs, souvent pas de rougeur).

Mastite infectieuse

La mastite infectieuse chez les femmes allaitantes est souvent associée au staphylocoque Aureus communément appelé le staphylocoque doré.

Elle présente des symptômes locaux : engorgement, douleurs, rougeurs et systémiques : l’infection affecte la totalité du corps.


Origine pathologique :

  • 40 à 50% des mastites infectieuses sont dues au Staphylocoques Aureus
  • 3% d’entre elles sont dues à des bactéries escherichia coli, Klebsiella pneumoniae et Enterobacter.
  • D’autres mastites infectieuses sont liées au coryne bactéries.
  • Rarement : candida albicans.

Quand apparaît la mastite et pourquoi ?

La mastite peut apparaître suite à un canal lactifère bouché, une ampoule de lait ou un engorgement mal/non soigné.

Elle peut aussi être chronique et se répéter de manière régulière.

La mastite apparaît également à la suite d’un arrêt trop rapide de l’allaitement (suppression trop rapide des tétées par exemple.)

Néanmoins elle peut faire son apparition dans d’autres cas (cf. « facteurs de risques » ci-après).

Les symptômes de la mastite

Les manifestations de la mastite varient selon sa nature : infectieuse ou non infectieuse.


mastite
Inflammation locale en cas de mastite

Voici la liste des symptômes courants :

  • Engorgement mammaire.
  • Tension, zone sensible et chaude au niveau du sein. (inflammation de la glande mammaire)
  • Etat grippal, mal être général.
  • Diminution de la lactation.

En cas de rougeur localisée ou masse rouge sur le sein, il s’agit sans doute d’une mastite infectieuse. Un traitement est nécessaire.

Mieux vaut consulter un médecin afin qu’il vous choisisse un traitement adapté et prévoit une échographie mammaire pour vérifier qu’il n’y a pas d’abcès.

Mastite et allaitement : facteurs de risques

Certains comportements peuvent favoriser la survenue d’une mastite.

La stase du lait étant la principale cause de mastite.

Stase du lait :

  • Allaitement selon un rythme particulier qui ne correspond pas à la demande du bébé.

Exemple : choisir de ne pas allaiter la nuit.

  • Espacer, réduire ou supprimer les tétées.

A cause de douleurs par exemple ou lors d’un sevrage.

  • Usage de bouts de seins : drainage incomplet.
  • Allaitement toujours dans la même position.

Par exemple en position de madonne : cela draine toujours la partie inférieure du sein mais pas les autres zones.

Dans ce cas le premier réflexe à avoir est de changer de position d’allaitement.

Autres facteurs aggravants :

  • Le port de vêtements ou soutien-gorge trop serrés.
  • L’utilisation de crèmes, y compris les crèmes antifongiques.
  • Les piercings du mamelon ou de l’aréole.
  • Antécédents de Mastite.
  • Ampoule de lait ( Point blanc sur le bout de sein) ou canal lactifère bouché.
  • Engorgement non soigné, qui dure, ne passe pas, et finit en… mastite !
  • Facteurs génétiques, immunitaires, etc…

Prévenir la mastite quand on allaite

Pour prévenir l’apparition de la mastite il faut être attentive aux premiers signes de stase du lait :

  • canal lactifère bouché,
  • sensation de masse dans le sein etc…

Plus vous réagirez vite, plus vous guérirez rapidement et facilement.

Et moins vous serez exposée aux risques de mastite et/ou d’abcès.

Dès que vous suspectez une stase du lait, employez tous les moyens nécessaires pour drainer au maximum vos seins, sur tout leur volume. En dehors des tétées, reposez-vous.

Mastite : traitement naturel

Avant tout, il faut savoir ce qu’il ne faut pas faire.

En cas de mastite il ne faut surtout pas arrêter l’allaitement car la stase du lait est un facteur aggravant. 

Même si vous avez mal quand vous allaitez votre bébé, poursuivez malgré tout l’allaitement (faites-vous prescrire des anti-douleur ou tirez votre lait au tire-lait).

Et si vous comptiez sevrer votre enfant, reportez l’arrêt de l’allaitement à plus tard.

Le drainage des seins étant prioritaire.


1 / Extraire le lait au plus vite

Dans la mesure où la stase du lait est le principal facteur aggravant, il faut tout faire pour drainer le sein autant que possible.


Pour cela, suivez ces conseils :

  • Mettez bébé au sein plus fréquemment, et commencez la tétée par le sein affecté.
  • Si la douleur inhibe le réflexe d’éjection (le lait ne sort pas), commencez la tétée par l’autre sein. Vous pourrez mettre bébé sur le sein affecté dès que le réflexe d’éjection sera actif.
  • Mettez votre enfant au sein de façon à ce que son menton soit appuyé contre la zone atteinte afin de faciliter son drainage.
  • Après la tétée, continuez d’extraire le lait pour augmenter le drainage de la glande mammaire.

▷ Vous trouverez de nombreuses astuces pour faciliter l’expression du lait dans l’article complet sur l’engorgement mammaire.


{ Cas particulier : refus du sein }

Parfois il arrive que le bébé refuse de téter le sein affecté par la mastite.

En réalité, c’est parce que la composition du lait est différente : elle est plus riche en sodium, ce qui rend la saveur du lait plus salée.

Dans ce cas, il faut proposer vos deux seins à votre enfant sans le forcer.

Si il refuse de téter, ne vous inquiétez pas, soyez patiente, ce n’est que temporaire. Tirez votre lait afin de poursuivre le drainage maximal des seins. C’est essentiel à votre guérison.


Par ailleurs, tirer votre lait vous permettra de :

  • Continuer à produire du lait malgré la mastite.
  • Vider vos seins malgré le refus de téter de bébé.
  • Renouveler le lait afin qu’il retrouve un niveau de sodium bas.

Grâce à votre persévérance et votre patience, votre lait retrouvera son goût habituel, et votre bébé reprendra le sein.

2 / Repos et breuvages réguliers

La deuxième action à mener est de vous reposer.

Demandez de l’aide à domicile à votre entourage si besoin, mais il est important de vous reposer pour faciliter la guérison.

En parallèle, veillez à boire souvent et à avoir un bon équilibre nutritionnel.

Sachant que la mastite est souvent accompagnée d’une baisse de lactation, il peut être judicieux de boire des tisanes d’allaitement.

Ce sont des mesures à prendre de manière naturelle lorsqu’on est malade.

Elles sont essentielles, il ne faut pas les négliger.

3/ Traitement naturel et accessoires pour soulager

L’application d’une source de chaleur sur le sein avant la tétée (ou le tirage du lait) facilitera la sortie du lait.

A l’inverse, l’application d’une source de froid entre les tétées permettront de réduire la douleur et l’œdème.


▷ Pour cela plusieurs accessoires vous aideront :

Ne les achetez pas tous, choisissez l’un d’entre eux ! Ils sont tous efficaces, et peuvent se mettre au choix : au frigo, au congélateur ou au micro-ondes selon vos attentes.

Plantes pouvant vous aider 

En cas de mastite infectieuse, vous pouvez faire appel au chardon béni en attendant la consultation du médecin.

chardon béni plante galactogène
Chardon béni : action antibiotique

Le chardon béni exerce une action « antibiotique » contre les bactéries Staphylococcusaureus (40 à 50% des mastites infectieuses), Streptococcus feacalis et Escherichiacoli (3% des mastites infectieuses).*


*Source : magazine Plantes et santé.


En avoir chez vous pourra vous aider en cas de mastite chronique par exemple ou ne serait-ce que le temps d’obtenir un rendez-vous chez le docteur.

Cette plante est par ailleurs très connue pour ses effets galactogènes.

L’avoir dans votre placard pour votre allaitement n’est pas un luxe !

4 / Homéopathie : remède efficace ?

Je n’ai pas les compétences professionnelles pour me prononcer sur l’efficacité de l’homéopathie. Consultez un médecin si vous présentez les signes d’une mastite, quelque soit votre choix de traitement.

Néanmoins, si vous souhaitez tester l’homéopathie en parallèle aux précautions précédemment évoquées et en attendant la visite médicale, je vous renvoie vers cette page : http://www.xn--homopathie-d7a.com/pathologies/lymphangite.html

IMPORTANT : Le traitement homéopathique peut être envisagé en cas de mastite non infectieuse (mastite inflammatoire ou lymphangite) mais pas en cas de mastite infectieuse pour laquelle un traitement antibactérien est nécessaire.

Comment soigner la mastite et poursuivre l’allaitement?

Le premier traitement à suivre est le drainage complet et efficace des seins.

Traitement par les antibiotiques

Si vous prenez en charge la mastite dès l’apparition des premiers symptômes, cela sera sans doute suffisant.

Si malgré vos efforts (expression fréquente et complète du lait + repos), vous ne voyez pas d’amélioration dans les 12 à 24 heures, ou si vous vous sentez vraiment mal, n’attendez pas plus longtemps pour consulter.

En cas de mastite infectieuse, la nécessité de prendre des antibiotiques sera établie par le médecin après analyse des symptômes et/ou du lait maternel.


Voici la liste des principaux antibiotiques utilisés dans le traitement de la mastite :

  • Erythromycine
  • Flucloxacilline
  • Dicloxacilline
  • Amoxicilline
  • Céphalexine

Par mesure de précaution je n’ai pas indiqué les dosages recommandés en cas de mastite, une auto-médicamentation étant fortement déconseillée.

Consultez votre médecin pour recevoir une prescription appropriée.


Traitement accompagné par des analgésiques

Les analgésiques faciliteront la survenue du réflexe d’éjection si celui-ci est bloqué par la douleur.

Un anti-inflammatoire tel que l’ibuprofène pourra être efficace pour lutter contre les symptômes liés à l’inflammation.

NB : L’ibuprofène est considéré comme compatible avec l’allaitement.

Quand consulter ?

Il est préférable de consulter dès qu’une mastite perdure sur plusieurs jours.

Si il n’y a pas d’amélioration au bout de 12 à 24 heures après l’apparition des premiers symptômes, consultez vite un professionnel de santé.


Complication de la mastite : l’abcès

Quand la mastite n’est pas soignée à temps, une accumulation de pus peut se constituer dans la glande mammaire : il y a formation d’un abcès.

Une région bien délimitée du sein reste dure, rouge et douloureuse.


Cela survient chez environ 3 % des femmes qui souffrent de mastite.


La guérison de la mastite peut alors nécessiter un la prise d’un traitement bien sûr, mais aussi une ponction/aspiration à l’aiguille de l’abcès sous anesthésie locale.

Parfois une chirurgie sera nécessaire.

Pour avoir une idée de ce à quoi ressemble un abcès et découvrir quelques cas cliniques, vous pouvez consulter l’article de la leche league ici.


Toute forme d’engorgement mammaire est à prendre au sérieux.

Lorsque la mastite est installée, il faut agir vite.

Si elle est seulement inflammatoire il sera plus facile de la soigner. S’il s’agit d’une mastite infectieuse, le recours aux antibiotiques risque d’être nécessaire.

Dans tous les cas, n’attendez pas pour consulter un médecin. Certaines mastites finissent en abcès, et ce n’est vraiment pas ce qu’on veut ! Alors soyez réactive !

Gros bisous à toutes, bon courage, et heureux allaitement ! ♥

Retrouvez le résumé de cet article dans le set « Vaincre les douleurs et difficultés de l’allaitement ».

Sources :

mastite allaitement

La mastite est l'une des principales causes d'arrêt de l'allaitement... Cette inflammation se manifeste par une douleur localisée sur une zone du sein, acc

Editor's Rating:
4.9