De nombreuses mamans allaitantes peuvent rencontrer des périodes de baisse de lactation, qui peuvent être déstabilisante voir inquiétantes. Dans ce dossier complet, nous explorerons les différentes causes de la baisse de lactation (précoce et/ou tardive) dans l’allaitement, ainsi que les solutions pour y remédier.

Tout d’abord, nous examinerons les baisses de lactation par périodes spécifiques, telles que la baisse de lait aux alentours de 7 à 15 jours, entre 1 et 2 mois, mais aussi à 3 et 6 mois. Ensuite, nous aborderons la baisse de lactation tardive, qui survient dans diverses situations courantes de l’allaitement influençant la production de lait maternel. Nous explorerons également les effets du tabac, de l’alcool et d’autres facteurs peu connus sur la lactation. Enfin, nous verrons comment relancer la lactation en cas de baisse de lait avérée.


Baisse de lactation par périodes : causes principales

La lactation peut fluctuer à différents moments de l’allaitement. Découvrez les raisons associées à ces baisses de lactation.

baisse de lactation 15 jours 1-6 mois

Baisse de lactation au bout de 7 à 15 jours

Entre les 7 à 15 premiers jours après l’accouchement, il est fréquent de remarquer des variations dans la production de lait. Plusieurs raisons peuvent expliquer cette baisse de lait :

  • L’engorgement prolongé peut entraîner une diminution de la production de lait. En effet, lorsque les seins sont excessivement pleins, un signal est envoyé au cerveau de la mère indiquant que sa production de lait est trop importante et doit être réduite. De plus, cela peut rendre difficile pour le bébé la prise correcte du sein, car les seins sont trop tendus pour permettre une prise profonde.
  • Les difficultés d’allaitement, comme les crevasses ou les douleurs aux mamelons, peuvent entraîner une diminution de la fréquence des tétées. Si vous évitez de mettre votre bébé au sein à cause de ces problèmes, non seulement cela peut faire chuter votre lactation rapidement mais cela peut empêcher votre bébé de se nourrir à sa faim.

Il est possible aussi que vous ayez l’impression de subir une baisse de lait, mais qu’en réalité, vous traversiez simplement le premier pic de croissance de votre bébé. Pendant cette période, votre bébé peut avoir une appétit plus important et réclamer plus fréquemment le sein. Vous pourriez alors penser que vous ne produisez pas suffisamment de lait, alors qu’en réalité, votre bébé s’adapte simplement à ses besoins de croissance, qui sont revus à la hausse !

Baisse de lactation entre 1 à 2 mois

Plusieurs raisons peuvent expliquer une diminution de la production de lait entre 1 et 2 mois après l’accouchement.

La première est liée à une gestion difficile de la période de pic de croissance autour des 3 semaines de vie de bébé, ce qui peut entraîner une baisse de lait autour du premier mois, souvent remarquée après ce délai.

La deuxième raison est que votre processus de lactation peut être passé en mode autocrine. Ce changement débute peu de temps après la naissance du bébé, mais devient plus apparent dans une période qui varie généralement entre 3 et 6 mois, bien que cela puisse se produire plus tôt. À ce stade, vous pourrez également constater des changements au niveau de vos seins, qui peuvent perdre de leur volume et devenir plus mous. Certaines mamans peuvent alors penser qu’elles n’ont plus de lait et comparer leurs seins à des “gants de toilette“.

Baisse de lactation à 3 mois et 6 mois environ

Comme nous l’avons vu dans le chapitre précédent, l’explication la plus probable d’une baisse de lait autour des 3 à 6 mois de bébé est le changement du mécanisme de lactation, celui-ci passant d’un processus endocrine à un processus autocrine. Cela se traduit par une sensation de manquer de lait, qui n’est pas réelle.

→ Pour en savoir plus sur la lactation autocrine, consultez cet article.

Cependant, ce n’est pas la seule raison d’une diminution de la production de lait à ces moments-là. En effet, il est possible de ressentir un manque de lait précisément à 3 mois et à 6 mois, périodes pendant lesquelles le bébé connaît des poussées de croissance.

Baisse de lactation tardive : 9 explications

causes baisse de lactation

La baisse de lactation tardive peut survenir dans 9 situations courantes de l’allaitement.

1. Retour au travail et manque de lait

Lorsque la mère reprend son activité professionnelle après un congé maternité, cela peut avoir un impact sur sa lactation.

Les contraintes liées au travail, comme des horaires chargés, un accès limité à l’expression du lait ou le stress lié à la séparation avec le bébé, peuvent entraîner une baisse de lactation.

→ Pour être guidée dans la préparation de votre retour au travail, et la poursuite de votre allaitement après la reprise, suivez le programme WORKING MOM. 

2. Diversification alimentaire et allaitement

Lorsque le bébé commence à explorer les aliments solides autour de l’âge de six mois, cela peut également avoir une incidence sur la production de lait maternel. La stimulation moins fréquente du sein associée à l’introduction des aliments complémentaires peut entraîner une baisse de lactation.

Nous voyons comment y remédier en fin d’article.

3. Stress, fatigue et changements hormonaux

Le stress, la fatigue et les variations hormonales, sont très marqués dans la période post-partum et influencent beaucoup la production de lait maternel.

  • Le stress provoque la sécrétion d’une hormone appelée cortisol, qui inhibe fortement l’ocytocine, l’hormone responsable de l’éjection du lait maternel. Lorsque vous êtes stressée, cela réduit l’éjection de votre lait, et conduit par la suite à une baisse de lait. Ceci est particulièrement évident si vous tirez votre lait car vous constaterez une baisse de la quantité collecté.
  • La fatigue, souvent présente en post-partum, peut être à l’origine d’un affaiblissement de la production de lait.
  • Les changements hormonaux liés au cycle menstruel, la période d’ovulation, au retour de couches ou à une grossesse ultérieure peuvent influencer la production de lait. La prise d’une contraception hormonale, comme la pilule, peut également réduire votre lactation

Si vous poursuivez votre allaitement malgré les variations de votre lactation et prenez le temps de vous reposer et vous détendre, vous devriez retrouver un équilibre rapidement. Pour y parvenir, sollicitez votre entourage en demandant à vos proches de vous aider pour les tâches du quotidien.

4. Maladie, engorgement, mastite…

Même une maladie bénigne –comme un rhume– peut considérablement réduire votre production de lait maternel. L’engorgement ou la mastite peuvent également avoir un impact important. Dans ces situations, la baisse de lait est généralement temporaire.

5. Alimentation et baisse de lactation

Une alimentation déséquilibrée, irrégulière ou insuffisante peut entraîner une diminution de la lactation. La production de lait maternel nécessite beaucoup de calories, il est donc important de manger suffisamment pour produire la quantité de lait nécessaire.

Les lecteurs de cet article ont aussi aimé :  lait maternel pas assez nourrissant

Une alimentation adéquate vous permettra également de maintenir un poids optimal et d’éviter une perte de poids excessive, car de nombreuses mères allaitantes ont du mal à maintenir leur poids idéal et se sentent trop maigres. Veillez à avoir une alimentation équilibrée et suffisante pour soutenir votre production de lait et votre apport nutritionnel.

6. Tabac, alcool : ennemis de l’allaitement ?

Le tabac inhibe la prolactine et l’ocytocine, les hormones impliquées dans la production et l’éjection du lait maternel.

L’alcool réduit également la libération d’ocytocine. Ces substances ont un impact indirect sur la lactation en réduisant l’éjection du lait et en empêchant un drainage complet du sein, ce qui peut entraîner une diminution de la production de lait.

→ Pour mieux comprendre le mécanisme de la lactation, découvrez les 2 processus de lactation chez la mère allaitante.

7. Plantes qui font baisser la lactation

Certaines plantes, comme le persil, la sauge et la menthe, ont des propriétés “anti-galactogènes” et peuvent réduire votre production de lait maternel si elles sont consommées en grande quantité. Elles sont d’ailleurs recommandées aux mères qui souhaitent sevrer leur bébé.

Évitez ces plantes – en grande quantité – si vous ne souhaitez pas affecter votre production de lait. Je tiens à préciser que leur consommation en petite quantité, uniquement pour aromatiser vos plats, n’aura pas d’effet sur votre lactation.

8. Déshydratation et lactation faible

La déshydratation peut entraîner une forte diminution de votre production de lait maternel. Cependant, ne buvez pas excessivement d’eau dans l’espoir de stimuler votre production de lait.

Pour relancer la production de lait, il est avant tout nécessaire de corriger la prise du sein de votre bébé et de lui assurer d’une bonne succion. (On verra en détail comment relancer la lactation en fin d’article.)

9. Pourquoi les tétines peuvent faire baisser votre lactation ?

L’utilisation de tétines peut nuire à l’allaitement et à la production de lait maternel. En donnant une tétine à votre bébé allaité, il y a un risque de confusion sein/tétine, ce qui peut perturber la tétée. De plus, si votre bébé utilise une tétine, il aura moins envie d’être au sein et y sera moins souvent.

Cela peut entraîner une diminution de votre production de lait. En effet, même lorsqu’un bébé tète simplement pour se réconforter, cela stimule vos glandes mammaires et contribue à la production de lait maternel.

→ On développe ce sujet en détail dans cet article.

Que faire pour relancer la lactation ?

relancer la lactation

Si vous rencontrez une baisse de lactation, vous pouvez prendre plusieurs mesures pour stimuler et relancer votre production de lait maternel.

Le plus important est de stimuler vos glandes mammaires suffisamment souvent. Cela peut être réalisé en augmentant le nombre de tétées ou en tirant votre lait plus souvent. Néanmoins, cela peut ne pas être suffisant si votre bébé manque d’efficacité au sein à cause d’une mauvaise prise du sein, ou des difficultés de succion.

C’est la raison pour laquelle je demande toujours au mamans qui rencontrent une baisse de lait de commencer par vérifier que la prise du sein de leur bébé soit correcte, avant de poursuivre avec des actions pour stimuler la production de lait. Si vous ne savez pas comment faire cela, suivez les conseils que je partage dans ma newsletter. Je vous enverrai également des schémas pour que les explications soient plus claires.

Ensuite, comme nous l’avons vu, de nombreuses hormones entrent en jeux dans la production du lait maternel. C’est pourquoi il convient de savoir comment agir sur ces hormones pour qu’elles impactent votre lactation en votre faveur. J’explique comment faire concrètement dans le programme Lactoboost™ : La méthode pour avoir beaucoup plus de lait en 3 à 5 jours.

Enfin, des facteurs psychologiques comme le stress peuvent aggraver un affaiblissement de la lactation en créant un cercle vicieux. Pour y remédier, la solution est de gérer votre stress en pratiquant du sport ou des activités de détente comme la marche, la méditation ou la sophrologie par exemple. Pratiquer le peau à peau avec votre bébé peut également vous aider dans ce sens-là mais aussi pour votre lactation. Si votre stress est directement lié à la peur de manquer de lait, le simple fait d’avoir lu cet article devrait vous aider à être plus confiante car vous savez que vous avez à disposition des solutions pour agir rapidement.


La baisse de lactation peut survenir à divers moments de l’allaitement, et il est essentiel de connaître les causes principales pour mieux les gérer. Qu’il s’agisse de l’engorgement initial, des périodes de pic de croissance du bébé, du retour au travail, de la diversification alimentaire ou d’autres facteurs tels que le stress et la fatigue, chaque situation peut avoir un impact sur la production de lait maternel.

Cependant, il est rassurant de savoir que la plupart de ces baisses de lactation sont temporaires et peuvent être surmontées grâce à des mesures appropriées telles que la stimulation fréquente des glandes mammaires, l’amélioration de la prise du sein par le bébé et la gestion du stress.

L’essentiel étant d’agir rapidement pour éviter que votre bébé ne soit pas nourri à sa faim mais aussi pour que la lactation se rétablisse plus facilement. Ainsi, vous pourrez surmonter ces difficultés et continuer à nourrir votre bébé abondamment avec votre précieux lait.

→ Si vous êtes perdue ou ne savez pas comment faire, suivez ma formation gratuite sur les secrets d’une lactation abondante et durable.

Leave a Reply