Vous êtes enceinte, et vous avez prévu d’allaiter votre bébé. Le hic, c’est que votre gynécologue vous a programmé une césarienne.

Je ne sais pas si c’est nouveau pour vous… Si vous avez eu le temps ou pas de vous faire à cette idée, mais j’imagine que cela a fait naître plein d’interrogations et de craintes chez vous :

Comment allaiter après une césarienne ? Quand allaiter ? Vais-je réussir mon allaitement ? Cela va t-il être insurmontable ? La césarienne va t-elle faire échouer mes projets d’allaitement ?

Vos appréhensions sont normales : la césarienne n’est pas un acte anodin. C’est tout de même une intervention chirurgicale !

Peut-être que vous êtes déçue, horrifiée, ou peut-être que vous êtes contente car vous préfériez accoucher de cette manière de toute façon… Nous avons toutes une vision différente de l’accouchement idéal…

Dans tous les cas, la bonne nouvelle, c’est que vos capacités à allaiter seront les mêmes que si vous aviez accouché par voie basse.

Et oui, contrairement à ce que l’on croit, la césarienne n’impacte pas sur vos capacités à allaiter mais seulement sur vos conditions de démarrage de l’allaitement.

La nuance est subtile mais c‘est important de savoir que vous êtes tout aussi apte à allaiter qu’une autre maman. C’est important pour votre moral, et pour votre confiance en vous, en tant que maman, de savoir que vous pourrez allaiter malgré la césarienne.

En revanche, vous serez confrontée à 3 difficultés que vous n’auriez peut-être pas eues en accouchant par voie naturelle (néanmoins certaines d’entre elles peuvent survenir aussi dans un accouchement par voie basse )

Cela tombe bien, dans cet article, nous allons voir :

  • Les trois difficultés auxquelles vous allez être probablement confrontée pour allaiter après la césarienne.
  • Quelles solutions s’offrent à vous,
  • Comment vous préparer à allaiter dans les meilleures conditions possibles après la césarienne ?

Les 3 obstacles majeurs à l’allaitement après une césarienne

La césarienne ne vous empêchera pas d’allaiter. C’est un fait. Mais de toute évidence, vous subirez les contraintes post-opératoires.

Voici 3 difficultés impactant sur le démarrage de votre allaitement après une césarienne.

1. Bébé somnolent

A cause de l’anesthésie due à la césarienne, votre bébé risque d’être somnolent.

Comment allaiter après une césarienne ?
Nouveau-né somnolent après une naissance par césarienne

Ce n’est pas bien grave et cela arrive aussi pour les accouchement par voie basse en cas de péridurale -trop fortement dosée-, mais il sera moins éveillé pour la prise du sein. (Nous verrons après comment améliorer cela)

2. Report de l’allaitement et contraintes

Selon le déroulement de la césarienne, la séparation avec bébé en post-opératoire sera variable. Naturellement, le démarrage de l’allaitement aussi…

Vous risquez aussi de ne pas « avoir le droit » de pratiquer le peau à peau en suite de naissance.

Selon les cas, l’allaitement sera imposé à heures fixes. Autrement dit, vous ne pourrez pas allaiter à la demande. En effet, vous pourrez allaiter votre bébé seulement lorsqu’un personnel soignant vous l’amènera.

C’est le cas par exemple si le lieu d’accouchement ne prévoit pas de rooming-in en cas de césarienne. Nous en parlons plus en détail dans la suite de l’article, dans la section « Comment se préparer au mieux à allaiter en cas de césarienne programmée ?« 

3. Douleurs cicatricielles

Comment allaiter après une césarienne ?
Cicatrice de la césarienne

Voici la liste des difficultés que vous pouvez rencontrez à cause de la césarienne, et notamment de la cicatrice :

  • Difficulté à vous lever,
  • Difficulté à vous mouvoir ou changer de position,
  • Prendre ou tenir bébé dans vos bras,
  • Adopter certaines positions pour allaiter.

Heureusement, les anti-douleurs donnés aux mamans ayant eu une césarienne sont -dans la plupart des cas- compatibles avec l’allaitement.

Si vous en doutez, n’hésitez pas à poser des questions au personnel qui vous encadrera le jour J.

De notre côté nous allons voir maintenant les solutions qui s’offrent à vous pour allaiter dans les meilleures conditions possibles après une césarienne.

Quelles solutions envisager pour allaiter malgré la césarienne

C’est terrible ! Jusqu’ici je ne vous ai parlé que des difficultés post césarienne ! J’espère ne pas vous avoir fait peur !

C’est le moment de vous aider à vous préparer à tout cela, et savoir quoi faire pour que tout se passe bien 😉

1. Moral + confiance avant tout

Pour faire face aux douleurs et aux difficultés des premiers jours, le plus important est votre mental. C’est pour cela que j’insiste sur le fait que la césarienne n’entrave en rien sur vos capacités à allaiter.

Comment allaiter après une césarienne ?
Mère souriante avant la césarienne

Vos capacités à allaiter demeureront intactes. C’est le moral, la fatigue et la douleur qui risquent d’être difficiles à gérer.

Mais la simple lecture de cet article vous donne les armes pour y faire face. Alors gardez confiance en vous et votre allaitement.

Si besoin, faites-vous aider par votre entourage, ou écrivez dès maintenant des phrases de motivation que vous pourrez lire le moment venu.

2. Encourager son bébé

Comme nous l’avons vu précédemment, la césarienne risque d’avoir pour effet d’endormir votre bébé. Il risque d’être somnolent pendant les heures qui suivent la césarienne.

Il faudra donc faire preuve de patience, et l’encourager à prendre le sein. Vous pouvez essayer de capter son attention en lui parlant, en lui caressant les pieds, etc…

Vous pouvez aussi aider votre bébé à trouver votre mamelon plus facilement grâce à l’odeur de votre lait. Pour cela il suffit d’extraire un peu de lait maternel manuellement pour l’étaler sur votre mamelon.


Vous trouverez d’autres conseils dans l’article sur les conseils pour une prise du sein réussie.


3. Allaiter dès que possible

De nombreuses études montrent qu’il est très favorable pour l’allaitement de le commencer le plus tôt possible.

Non seulement parce que l’éveil et l’instinct du bébé sont au plus haut les minutes qui suivent la naissance, mais aussi parce que c’est important pour assurer la montée de lait au 3ème ou 4ème jour d’allaitement (en moyenne).

Comment allaiter après une césarienne ?
Naissance du nouveau-né par césarienne

Encore une fois, selon les conditions de votre césarienne, votre séparation avec bébé risque d’être plus ou moins longue. Ne bloquez pas là-dessus. Gardez juste en tête que l’important est d’allaiter votre bébé dès que possible, et si votre séparation est longue, tirez votre lait en son absence.

De son côté le papa peut déjà le prendre contre lui en peau à peau en attendant votre première tétée.

4. Adopter des positions d’allaitement adaptées à la césarienne

Pour améliorer votre confort d’allaitement et réduire autant que possible les douleurs liées aux cicatrices, vous pouvez :

  1. Demander l’aide d’un proche pour vous aider à vous mouvoir,
  2. Utiliser un coussin d’allaitement,
  3. Adopter des positions d’allaitement qui n’appuient pas sur vos cicatrices.

N’attendez pas le dernier moment pour demander de l’aide à vos proches (chéri, mère, soeur, meilleure amie…). Si votre césarienne est programmée, leur soutien sera utile aussi bien d’un point de vue psychique que physique.

Peut-être par exemple, que la présence de votre maman lors de la nuit post-opératoire vous permettra de rester allongée pendant qu’elle vous amènera votre bébé pour l’allaiter. Cela vous évitera les douleurs ressenties lors des mouvements de torsion pour vous relever, vous tourner, etc…


Investissez dans un coussin d’allaitement ! L’utilisation du coussin d’allaitement va vous permettre de soutenir votre bébé plus facilement, mais aussi de protéger vos cicatrices.

En effet, la césarienne va laisser une cicatrice sur votre bas-ventre. Or, il est possible qu’au cours des tétées, les pieds de votre bébé se baladent sur votre ventre et touchent vos cicatrices. Pour éviter cela, il suffit de mettre votre coussin d’allaitement contre votre ventre, en « protection ».

Si vous préférez, vous pouvez simplement adopter d’autres positions d’allaitement.

Voici quelques positions « à privilégier » en cas de césarienne :

  • La position en Ballon de rugby
  • La position allongée sur le côté.
  • La position allongée « spéciale césarienne », avec votre bébé sur vous, la tête au niveau de votre sein, et le reste de son corps positionné sur vous, les pieds du côté de votre tête. (Voir les photos montrées dans la fin de la vidéo ci-dessus)

Comment se passe une césarienne ?

Le mot « césarienne » peut vite faire peur et impressionner. Surtout si vous aviez envisagé un accouchement par voie basse, et que c’était « l’accouchement idéal » selon vous.

Ceci dit je souhaite vous rassurer, car la césarienne reste une intervention chirurgicale très courante, que les gynécologues pratiquent quasiment au quotidien, et qui sont assez rapides.

En effet, la durée moyenne d’une césarienne est de 30 à 45 minutes. L’équipe médicale est au nombre de 4 personnes en moyenne, parfois plus. Dans le bloc opératoire, il fait 18 degrés, donc il fait froid… Ne soyez pas surprise !

On va vous allonger ou vous demander de le faire, puis vous attacher les pieds. Cette action a pour but de maintenir vos jambes bien droites au moment où vos muscles seront endormis par l’anesthésie (relâchement musculaire).

Il est possible qu’on attache également vos bras, en position de croix sur des gouttières adaptées. Tout cela est normal et fait partie du protocole habituel. (Quelques variations existent selon les lieux d’accouchement).

Ensuite, un grand drap sera placé devant vous pour occulter l’opération. Une incision sera réalisée sur votre bas ventre afin de faire naître votre bébé, puis elle sera refermée par des agrafes médicales.

Selon l’établissement où vous accoucherez et les conditions de l’opération, on mettra votre bébé en peau à peau sur le haut de votre corps pendant environ 15 minutes.

Si vous envisagez de l’allaiter, ce sera le moment idéal pour le faire.

Comment se préparer au mieux à allaiter en cas de césarienne programmée ?

Informez-vous

Informez-vous sur les pratiques hospitalières de l’hôpital ou la clinique dans lequel vous envisagez votre accouchement.

Notamment au sujet de :

  • Les conditions d’interaction mère/enfant et le contact en peau à peau après une césarienne.
  • La possibilité -ou pas- d’avoir à vos côtés (dans le bloc opératoire) votre conjoint(e).
  • Les pratiques en faveur (ou pas) de l’allaitement après une césarienne,
  • L’application ou pas du rooming-in en cas de césarienne.

De plus en plus d’hôpitaux et de cliniques mettent en place des routines favorables à l’allaitement même en cas de césarienne, mais nous sommes encore loin des 100% d’hôpitaux favorables.

Pour avoir plus de chances d’accoucher dans un lieu favorable à l’allaitement, – césarienne ou pas -, vous pouvez consulter la liste des Hôpitaux « Amis des bébés ». Ils suivent une charte précise soumise par l’UNICEF.

Prévoir du matériel « au cas où »

Selon les conditions dans lesquelles se passe la césarienne, la séparation entre la mère et son bébé peut être plus ou moins longue.

Elle peut varier de quelques heures à quelques jours. Rassurez-vous, si vous rencontrez une telle situation, cela ne veut pas dire pour autant que votre allaitement est compromis.

Néanmoins pour être préparée à tous les cas de figure, je pense qu’il est préférable de vous équiper d’un tire-lait.

En effet, quelque soit la durée pendant laquelle vous serez séparée de votre bébé, c’est important de solliciter votre production de lait le plus tôt possible.

Selon votre situation, vous pourrez ensuite le stocker ou l’administrer à votre bébé à la cuillère, à la seringue (sans aiguille), au gobelet ou au DAL par exemple.

L’idée étant d’extraire votre lait à la même fréquence que l’aurait fait votre bébé s’il avait été avec vous dès le début. Soit environ toutes les deux heures, jour et nuit !

Note : je conseille de prévoir un tire-lait pour plus de facilité mais il est tout à fait possible d’extraire votre lait manuellement, sans matériel, avec la méthode Marmet.


J’espère que vous êtes déjà plus confiante à l’idée d’allaiter après une césarienne !

N’hésitez pas à poursuivre votre lecture avec :

Quant à moi, je vous souhaite de tout cœur, un très heureux allaitement !