L’allaitement et la maternité engendrent une fatigue -parfois intense- chez la mère.

Cette fatigue peut apparaître à tout moment de l’allaitement.

Malheureusement une fois que la fatigue est installée, elle a tendance à s’intensifier. Elle peut facilement évoluer vers un état d’épuisement, ou même une dépression si rien n’est entrepris.

Connaitre les causes de votre fatigue vous aidera à enrayer sa progression. Vous pourrez ainsi vous sentir mieux, et plus épanouie.

Voyons dès maintenant les 5 facteurs principaux de la fatigue au cours de l’allaitement.


Cause n°1 : Le rythme des tétées est intense

rythme allaitement fatigue

Le rythme des tétées a un impact direct sur la journée de la mère allaitante.

Plus le rythme est soutenu, moins la maman a de temps libre pour se reposer ou faire d’autres choses.

Parfois tout va bien, votre bébé tète calmement et a un rythme agréable ou « normal » pour vous.

Mais à certaines périodes, notamment lors des poussées de croissance le rythme est beaucoup plus soutenu, voir effréné.

Bébé tète TOUT LE TEMPS.

Il est littéralement pendu au sein.

Le rythme est complètement chamboulé…

Et vous pouvez vite vous sentir désemparée.

Heureusement, il y a toujours des explications à ce comportement.

Cause n°2 : Le manque de sommeil

manque de sommeil et allaitement

Les réveils nocturnes fréquents sont éreintants.

L’allaitement oblige plus ou moins les mères à gérer les nuits seules…

Bien sûr certains couples se débrouillent très bien avec un allaitement mixte, mais qu’en est-il des couples où l’allaitement est exclusif ?

Les nuits peuvent devenir un véritable calvaire et malheureusement il est très difficile d’agir sur le sommeil de bébé en respectant son rythme et ses besoins naturels.

La plupart des méthodes miracles sur le sommeil ne respectent pas les appels du bébé, et incitent les parents à ignorer leur enfant.

Après des pleurs incessants, celui-ci finit par se lasser et comprendre que personne ne l’écoutera. Il finit par « faire ses nuits ».

Difficile pour une mère dévouée et engagée dans une démarche de parentalité positive (ou similaire) d’appliquer ce genre de procédé.

Moi-même j’y ai renoncé. Pourtant mon fils a fait ses nuits très tard.

J’ai été fatiguée.

Fatiguée au point d’en pleurer.

Mais honnêtement je pense que n’importe quel parent vit un jour ou l’autre ce moment où il se sent démuni et vidé de ses forces.

Ce sont des étapes à passer.

Difficiles certes, mais vous y arriverez.

Contrairement aux idées reçues, l’allaitement n’est pas responsable des nuits entrecoupées du bébé. C’est un mythe. Introduire un biberon la nuit ne changera rien au sommeil du bébé.

Cause n°3 : Trop de responsabilités

srucharge mentale et fatigue

Gestion de la vie de famille

Le surmenage de la mère, d’autant plus lorsqu’elle allaite, est un gros facteur de fatigue.

Que vous soyez à la maison ou au travail, vos journées sont exténuantes :

Vous devez tout gérer.

Tout.

Même si votre conjoint vous aide.

En effet vous devez chaque jour (et nuit ) :

  • Gérer l’allaitement de bébé
  • Son hygiène, son bien-être, le divertir, etc…
  • Le ménage
  • Le linge
  • Les courses
  • Les visites médicales de bébé
  • Le bain de bébé…
  • Le sommeil de bébé

Et quand vous y arrivez :

  • Vous devez vous occupez de vous : prendre une douche, vous coiffer, vous habiller etc…
  • Manger !!! ( Difficile )
  • Bien manger ( Ultra difficile )

Le fait de porter toutes ces responsabilités à vous seule peut être source de stress.

Or le stress est l’un des plus gros facteurs de fatigue.

Etre la seule à pouvoir nourrir bébé

Au travers d’un sondage, vous m’avez communiqué le poids que représentait pour vous le fait d’être entièrement responsable de bébé.

De sa santé, sa croissance, et sa prise de poids notamment.

Voici les 3 phrases qui sont revenues souvent dans le sondage que j’ai réalisé auprès de 300 mères allaitantes :

  • être « la seule à pouvoir nourrir mon bébé« 
  • « ne pas pouvoir passer le relais au papa« 
  • « la forte dépendance de mon bébé« 

Etre mère est une lourde responsabilité.

Etre la seule source de nourriture pour son bébé encore plus.

Mais ce qui rend cette responsabilité frustrante, c’est le fait de se sentir seule ou démunie pendant les périodes de fatigue.

Cette responsabilité peut alors être ressentie comme un fardeau.

C’est à ce moment-là que certaines mères passent à l’allaitement mixte ou décident de renoncer à leur allaitement.

Cause n°4 : Le manque de temps libre

manque de temps libre et allaitement

Avoir du temps libre pour profiter pleinement de la vie, des proches, bref de la famille entière, est indispensable n’est-ce pas ?

C’est pourtant l’une des difficultés de l’allaitement !

Vous courez après le temps… sans cesse.

Du coup vous vous sentez fatiguée en permanence, irritable, parfois impatiente.

Vous aimeriez retrouver la patience et la bonne humeur… Etre détendue pour apprécier les moments en famille.

Mais c’est loin d’être facile, et j’avais à cœur d’en parler dans cet article.

Vous êtes nombreuses à vivre tout cela seule, et vous sentir coupable de vouloir « mieux ».

Pourtant vous avez raison.

L’allaitement doit être agréable, heureux, et serein.

Il ne doit pas être vécu comme une contrainte.

Vous pouvez parfaitement retrouver de l’énergie et du plaisir à allaiter. Cela passe par plusieurs choses comme : transformer votre manière d’allaiter, avoir une organisation précise, l’optimisation de certaines tâches, l’utilisation de matériel efficace/rapide, trouver du soutien en permanence, etc…

Cause n°5 : Le sentiment d’être emprisonnée dans le rôle de maman

Fatigue et sentiment d'emprisonnement

Etre l’unique personne à pouvoir nourrir votre enfant peut être source de stress et de tensions.

Cela génère une pression trop forte : toute la responsabilité du bien-être du bébé repose sur vous.

La dépendance du bébé à sa mère est normale, mais elle peut créer une sorte de souffrance chez la maman.

Lorsque son bébé passe sa journée collé au sein, celle-ci peut se sentir prisonnière, car elle n’a le temps de rien faire.

NB : Réussir à prendre une simple douche peut être une véritable mission pour une jeune mère.

Elle risque alors de se sentir piégée dans son rôle de maman.

Vous retrouvez-vous dans cette description ?

Vous rêvez peut-être simplement d’avoir un peu de temps pour vous. Vous seule.

La frustration de ne pas avoir cette liberté (dont jouit le père) peut être très lourde psychologiquement.

On parle de facteur psychologique et social. Et celui-ci nuit lourdement au bien-être. Cela se traduit par….

Devinez quoi ?

La fatigue !

D’autant que les mamans qui s’accordent un peu de temps libre ressentent souvent de la culpabilité.

Peut-être est-ce votre cas ?