L’allaitement maternel est une expérience merveilleuse, mais il peut arriver que votre bébé manifeste des comportements particuliers pendant les tétées.

Dans cet article, nous examinerons les différentes réactions de bébé au sein et vous fournirons des conseils pour comprendre et adapter votre allaitement en conséquence.


Bébé s’énerve au sein

Si votre bébé semble nerveux, s’énerve, se crispe ou pleure pendant les tétées, il se peut qu’il soit confronté à un réflexe d’éjection fort (REF). Ce phénomène se produit lorsque le lait est éjecté trop rapidement et de manière trop intense. Certains bébés peuvent réagir violemment lorsque leur mère a un REF.

Pour en savoir plus sur ce sujet, lisez notre article de blog dédié au REF et à ses symptômes.

Si cette attitude est inhabituelle, et qu’elle n’arrive qu’en fin de tétée, alors, votre bébé est certainement agacé par un débit de lait trop faible, ou un manque de lait.

Dans ce cas ne vous inquiétez pas, le drainage optimal de vos seins et l’allaitement fréquent vous permettront de relever le niveau de prolactine pour l’adapter aux nouveaux besoins de votre bébé.

Bébé tète tout le temps

Il est tout à fait normal que votre bébé demande à téter fréquemment. Ce rythme de tétées est physiologique et varie tout au long de la journée. Souvent, les bébés téteront moins le matin, davantage l’après-midi et beaucoup le soir.

Ne vous inquiétez pas, cette fréquence n’est pas nécessairement liée à la production de lait. Pour évaluer si votre bébé reçoit suffisamment de lait, suivez son poids et sa croissance. Les courbes de croissance des bébés allaités sont un excellent outil pour évaluer cela.

Poussées de croissance et demande incessante

Les poussées de croissance sont des périodes où votre bébé réclame le sein plus fréquemment, voire en permanence, et peut sembler grincheux.

C’est tout à fait normal et cela signifie simplement que votre bébé traverse une phase de croissance où ses besoins en lait augmentent. Ces poussées de croissance se produisent généralement vers 7-10 jours, 3 semaines, 6 semaines, 3 mois, 6 mois et 9 mois.

Pour en savoir plus sur les poussées de croissance, consultez notre article dédié à ce sujet.

Bébé ne demande pas à téter ou tète peu

Contrairement à un bébé qui tète fréquemment, un bébé qui réclame peu le sein peut être source d’inquiétude. Un bébé somnolent, qui s’endort vite, qui est peu demandeur a généralement une faible prise de poids associée. Et le fait qu’il demande peu signifie sans doute qu’il économise le peu d’énergie qu’il a (calories reçues par le lait)…

Dans ce cas, il est important de consulter un médecin pour suivre la croissance de votre bébé. Vous pouvez également augmenter votre production de lait en proposant le sein plus souvent et en restant en contact peau à peau avec votre bébé si nécessaire.

Les tétées groupées en soirée

Pendant les 3 premiers mois de vie, les bébés ont un rythme de tétées beaucoup plus soutenu en fin d’après-midi et en soirée. Comme évoqué précédemment il s’agit du rythme physiologique du bébé. Rien d’anormal. Cela dit beaucoup de mamans sont totalement désemparées face à ce comportement et pensent immédiatement que la cause est le manque de lait.

Rassurez-vous. Il s’agit simplement de ce qu’on appelle les « tétées groupées ».

La difficulté essentielle à surpasser est le fait que ces tétées groupées arrivent au moment où tout le monde est fatigué : en soirée. La fatigue et la nervosité n’aident pas à considérer les choses calmement. Voir un bébé énervé au sein alors qu’on est nous-même épuisée de notre journée est très alarmant. Mais n’ayez crainte. Désormais vous savez que tout cela est normal.

Pour réduire l’impatience de votre enfant, la compression mammaire peut être envisagée.

Bébé ne fait pas ses nuits : comprendre les besoins nocturnes

Contrairement à ce que l’on peut penser, il n’est pas anormal qu’un bébé ne fasse pas ses nuits. En réalité, un bébé a besoin d’être près de sa maman et d’être nourri fréquemment. La nuit ne met pas fin à ce besoin comme par enchantement. Ainsi, il est tout à fait courant qu’un bébé allaité réclame une à trois tétées nocturnes.

Certains bébés commencent par faire leurs nuits, puis, à certaines périodes, souvent lors des poussées de croissance, reprennent les tétées nocturnes. Face à cela, les parents s’interrogent. Certains peuvent penser que leur enfant est “décalé” ou qu’il confond le jour et la nuit… Mais en réalité, il n’en est rien !

Certaines phases du développement peuvent simplement réduire les tétées en journées et entraîner une augmentation de la demande la nuit. Par exemple, un bébé qui vient d’apprendre à se déplacer à quatre pattes sera excité par cette nouvelle compétence et toutes les découvertes qui s’offrent à lui. Il sera donc trop occupé à explorer le monde qui l’entoure par lui-même, reléguant ainsi la tétée habituelle au second plan… en journée ! En revanche, la nuit, sans distractions, son attrait pour la tétée reprendra le dessus.

Il peut s’agir également de périodes d’évolution de l’apprentissage du sommeil, lesquelles peuvent sembler être des formes de régressions du sommeil, alors que celui-ci suit son processus normal.

dans tous les cas, ce ne sont que des phases à passer. Parfois, elles ne durent que quelques jours, parfois elles peuvent s’étendre sur plusieurs semaines. Le plus important est de trouver une solution qui réponde aux besoins de votre bébé sans compromettre votre santé et votre sommeil, car la fatigue peut être éprouvante.

Bébé a-t-il bu assez ?

Comment distinguer un bébé repu d’un bébé simplement endormi par la fatigue ?

C’est son comportement pendant la tétée qui permet de répondre à cette question. Un bébé qui reçoit suffisamment de lait présente les caractéristiques suivantes :

  1. Il tète le sein avec vigueur et sérénité. Chaque mouvement de succion est accompagné d’un mouvement de déglutition. On peut observer que sa mâchoire bouge et qu’il avale régulièrement. Un léger “hic” peut être entendu lorsqu’il avale.1 mouvement de succion = 1 mouvement de déglutition.
  2. Progressivement, le rythme de déglutition diminue, mais le bébé continue de téter avec énergie : 2 mouvements de succion = 1 mouvement de déglutition, puis 3 mouvements de succion = 1 mouvement de déglutition, et ainsi de suite…
  3. Ce n’est qu’à ce moment-là que le bébé commence à ralentir le rythme, car le lait de fin de tétée est plus difficile à extraire, nécessitant plus de mouvements. Il montre des signes de fatigue et s’endort progressivement.
  4. Pour l’aider à recevoir davantage de lait et le réveiller légèrement, vous pouvez utiliser la compression mammaire afin d’augmenter le débit d’éjection du lait.
Les lecteurs de cet article ont aussi aimé :  7 boissons galactogènes

Vous remarquerez que votre bébé est calme et détendu pendant la tétée. À la fin de celle-ci, il s’endort, l’air rassasié, parfois avec un sourire aux lèvres et le lait qui s’écoule au coin de sa bouche (des souvenirs ravissants). Sinon, il reste éveillé et dynamique.

En revanche, un bébé qui ne reçoit pas suffisamment de lait aura tendance à s’endormir ou à s’affaiblir dès le début de la tétée. Son rythme de succion ralentira rapidement et/ou il fera de nombreuses pauses sans relâcher le sein. Son expression sera plutôt contrariée et il paraîtra préoccupé. Son corps sera tendu et vous sentirez qu’il n’est pas apaisé par la tétée.

Certains bébés expriment leur mécontentement en s’agitant. D’autres maltraitent le sein de leur mère en appuyant dessus ou en tirant sur le mamelon. Certains effectuent des mouvements de pression sur le sein avec leurs mains, un peu comme des chatons lorsqu’ils tètent.

D’autres bébés adoptent une réponse plus déterminée et refusent de reprendre le sein. On appelle cela la “grève des tétées”.

Il est important de savoir interpréter les signaux que votre bébé vous envoie pendant la tétée afin de mieux comprendre s’il est repu ou simplement fatigué. Ainsi, vous pourrez répondre adéquatement à ses besoins et favoriser une expérience d’allaitement harmonieuse pour vous et votre bébé.

Expression du lait au tire-lait

L’efficacité de l’expression au tire-lait dépend de plusieurs facteurs :

  • La qualité du tire-lait utilisé : Il est important d’utiliser un tire-lait de bonne qualité, adapté à vos besoins. Certains tire-laits électriques ou manuels offrent une meilleure efficacité d’expression que d’autres. Choisissez celui qui vous convient le mieux.
  • La taille de la téterelle : Utilisez une téterelle de taille appropriée à la morphologie de votre mamelon. Une téterelle trop petite ou trop grande peut affecter l’efficacité de l’expression du lait.
  • Votre état d’esprit : Votre état d’esprit joue un rôle dans le réflexe d’éjection du lait. Par exemple, regarder votre bébé pendant l’expression peut faciliter ce réflexe. D’autre part, si vous ressentez de l’appréhension en raison de crevasses ou d’autres problèmes, cela peut inhiber le réflexe d’éjection du lait. Essayez de vous détendre et de vous mettre dans un état d’esprit positif lors de l’expression au tire-lait.

De plus, sachez que la quantité de lait collectée au tire-lait ne correspond pas nécessairement à la quantité que votre bébé boit au sein. Si vous tirez une faible quantité de lait au tire-lait mais que votre bébé grandit bien et semble satisfait lors des tétées, cela indique probablement que vous produisez suffisamment de lait pour répondre à ses besoins.

Chaque femme a une production de lait différente et la quantité de lait exprimée peut varier d’une séance à l’autre. L’important est de surveiller la croissance et le bien-être de votre bébé pour vous assurer qu’il reçoit suffisamment de lait, peu importe la quantité exprimée au tire-lait.


Que votre bébé s’énerve, tète fréquemment, trop peu, ou présente d’autres comportements, il est important de faire preuve de patience et d’observation. Si vous avez des préoccupations concernant la prise de poids ou la production de lait, n’hésitez pas à consulter un professionnel de la santé.

Vous pouvez également vous inscrire à ma newsletter pour recevoir plein d’autres conseils pratiques pour votre allaitement.

Leave a Reply