L’angoisse de séparation est un phénomène courant chez les bébés et les jeunes enfants. Ce processus fait partie intégrante de leur développement émotionnel et peut susciter diverses réactions et émotions.

Comprendre l’angoisse de séparation et ses implications est essentiel pour les parents et les soignants, afin de pouvoir accompagner au mieux les enfants dans cette étape et favoriser leur bien-être.

Dans cet article, nous examinerons les mécanismes de l’angoisse de séparation, les symptômes qui peuvent se manifester en journée et au moment du coucher, ainsi que des conseils pratiques pour aider les bébés à surmonter cette anxiété. En comprenant les besoins émotionnels de nos tout-petits et en leur offrant un soutien adéquat, nous pouvons contribuer à renforcer leur sentiment de sécurité et de confiance lors des séparations.


Qu’est-ce que l’angoisse de séparation ?

L’angoisse de séparation est une réaction émotionnelle normale qui se manifeste chez les nourrissons et les jeunes enfants lorsqu’ils sont séparés de leur figure d’attachement, généralement leur mère ou leur père. Cela peut se produire lorsque l’enfant est laissé seul, lorsqu’il est confié à une autre personne ou même lorsqu’il est simplement éloigné de son parent.

L’angoisse de séparation est une étape normale du développement et elle apparaît généralement vers l’âge de 6 à 8 mois, atteignant son pic vers 1 an. La durée de l’angoisse de séparation chez le bébé peut varier d’un enfant à l’autre. Elle peut persister plusieurs mois avant de diminuer progressivement à mesure que l’enfant grandit et développe des mécanismes de coping pour gérer les séparations.

En psychanalyse, les mécanismes de coping, également appelés mécanismes d’adaptation, font référence aux stratégies et aux comportements que les individus utilisent pour faire face au stress, aux situations difficiles ou aux émotions négatives. Ils sont utilisés pour réduire l’anxiété, gérer les conflits internes et maintenir un équilibre émotionnel.

Pour certains bébés, l’angoisse de séparation peut être plus intense et persistante, tandis que pour d’autres, elle peut être moins prononcée et de courte durée. Cela dépend de facteurs tels que la personnalité de l’enfant, les expériences antérieures et l’environnement familial.

Les symptômes de l’angoisse de séparation

L’angoisse de séparation peut se manifester par différents symptômes chez les bébés et les enfants, qui peuvent vous aider à prendre conscience que votre enfant traverse une angoisse de séparation. Ces manifestations ne sont pas les mêmes en journée et la nuit.

En journée

symptomes angoisse de séparation

Voici les symptômes les plus courants en journée :

  • Les pleurs excessifs : Votre bébé peut pleurer de manière intense lorsque vous vous éloignez de lui ou lorsque vous le confiez à une autre personne. Ces pleurs peuvent être accompagnés de signes de détresse émotionnelle.
  • L’anxiété accrue : Votre enfant peut présenter une anxiété plus élevée lorsque vous n’êtes pas à proximité. Il peut chercher constamment votre présence et avoir du mal à se calmer en votre absence.
  • Les réactions d’agrippement : Votre enfant peut s’accrocher à vous ou à des objets familiers de manière plus intense lorsqu’il sent que vous vous apprêtez à le quitter. Il peut ne pas vouloir vous lâcher ou montrer une résistance à être séparé de vous.
  • La méfiance envers les personnes inconnues : Votre enfant peut être réticent à être pris en charge par des personnes qu’il ne connaît pas. Il peut se montrer méfiant ou se mettre à pleurer lorsqu’il est confié à quelqu’un d’autre que ses figures d’attachement habituelles.

Angoisse de séparation & sommeil

angoisse de séparation sommeil

Certains enfants présentent des signes d’angoisse de séparation plus marqués au moment du coucher ou la nuit, car ils impactent sur leur facultés d’endormissement de manière autonome, et sur la qualité de leur sommeil.

Voici 3 symptômes que vous pourriez remarquer chez votre enfant :

  • Des difficultés d’endormissement : Votre enfant peut avoir du mal à s’endormir seul ou à se détendre au moment du coucher. Il peut exprimer son angoisse de séparation en pleurant, en réclamant votre présence ou en demandant à être constamment rassuré.
  • Des réveils nocturnes fréquents : Votre enfant peut se réveiller plusieurs fois pendant la nuit et avoir du mal à se rendormir sans votre présence. Il peut chercher à vous rejoindre dans votre lit ou demander des câlins et des réconforts pour se sentir sécurisé.
  • Des cauchemars et les peurs nocturnes : Votre enfant peut faire des cauchemars ou développer des peurs nocturnes liées à l’angoisse de séparation. Il peut vous appeler ou chercher votre présence pour se sentir apaisé et en sécurité.

Comment aider bébé à surmonter l’angoisse de séparation ?

angoisse de séparation que faire

Pour aider votre bébé à surmonter ces moments d’anxiété et à développer un sentiment de sécurité et de confiance, vous pouvez mettre en place différentes stratégies.

Tout d’abord, établissez une relation sécurisante avec votre bébé en lui offrant une présence chaleureuse et une attention aimante. Soyez attentif/ve à ses besoins émotionnels et assurez-vous qu’il se sent en sécurité et aimé.

Créez des routines prévisibles pour les moments clés de la journée, comme le lever, les repas et le coucher. Les routines aident à rassurer votre bébé en lui donnant des repères et une structure prévisible.

Lorsque vous devez vous éloigner de votre bébé, créez un rituel de séparation calme et réconfortant. Cela peut inclure des mots doux, des câlins, un objet transitionnel comme une peluche, ou une chanson apaisante. Cela permettra à votre bébé de comprendre que vous partez, mais que vous reviendrez.

Encouragez votre bébé à développer une confiance progressive en l’encourageant à explorer de nouveaux environnements ou à interagir avec d’autres personnes de confiance. Commencez par de courtes séparations et augmentez progressivement leur durée.

Familiarisez votre bébé avec les personnes qui s’occuperont de lui en votre absence, comme un membre de la famille, une nounou ou une assistante maternelle. Organisez des moments de rencontre et d’interaction pour créer des liens de confiance.

Soyez disponible et réceptif lorsque vous êtes avec votre bébé. Soyez attentif à ses signaux et répondez à ses besoins rapidement. Cela renforce son sentiment de sécurité et lui donne confiance en votre présence.

Les lecteurs de cet article ont aussi aimé :  Peur de l'abandon chez bébé

Lorsque vous devez vous séparer de votre bébé, prenez le temps de lui dire au revoir calmement. Évitez les départs précipités qui pourraient accentuer son angoisse. Rassurez votre bébé en lui expliquant que vous reviendrez.

Rappelez-vous que l’angoisse de séparation est une étape normale et qu’il faudra du temps à votre bébé pour la surmonter. Soyez patient, rassurant et donnez-lui le temps nécessaire pour s’adapter aux séparations.

Angoisse de séparation ou la peur de l’abandon ?

L’angoisse de séparation et la peur de l’abandon sont deux concepts étroitement liés mais qui présentent des différences subtiles. Il est important de les distinguer pour mieux comprendre les émotions et les comportements associés.

Comme nous l’avons vu, l’angoisse de séparation est une réaction normale et transitoire qui se manifeste chez les bébés et les jeunes enfants lorsqu’ils sont séparés de leurs figures d’attachement, généralement leurs parents. Elle fait partie du processus de développement émotionnel.

La peur de l’abandon, quant à elle, est une anxiété plus profonde et durable qui peut se manifester chez les enfants plus âgés, les adolescents et même les adultes. Elle est souvent associée à des expériences passées de séparation, de négligence ou de traumatismes émotionnels. La peur de l’abandon peut être intense et conduire à une dépendance excessive à l’égard des autres, à des comportements d’évitement ou à des efforts désespérés pour maintenir des relations étroites. Elle peut également générer des sentiments d’insécurité, de doute de soi et d’anxiété constante dans les relations interpersonnelles.

Il est important de reconnaître ces différences pour pouvoir offrir le soutien approprié à nos enfants et à nous-mêmes, le cas échéant.


Leave a Reply