Réussir son allaitement maternel

Vous commencez à peine votre allaitement ou vous êtes sur le point de commencer ?

Alors je vous félicite pour votre choix, l'allaitement est vraiment quelque chose de merveilleux. Choisir d'allaiter, c'est choisir d'offrir le meilleur à son bébé.

Mais il y a un hic...

Ce hic, c'est que l'allaitement est loin d'être instinctif et naturel. Réussir son allaitement n'est pas si facile que ça. En tout cas pas pour nous toutes...

Pour réussir son allaitement il faut commencer par prendre conscience des réalités de l'allaitement (Qui ne sont pas toutes roses)

C'est vraiment LE premier pas vers un allaitement réussi.

C'est essentiel de connaitre les bases de l'allaitement et les difficultés courantes avant d'allaiter, ou dès les 15 premiers jours de l'allaitement.

Les tristes statistiques de l'allaitement en France (Année 2017) :

Taux d'allaitement à la naissance :

71%

Taux d'allaitement à 1 mois :

35%

Taux d'allaitement à 6 mois :

17%

Durée moyenne d'allaitement :

3 mois

Vous avez lu les statistiques ci-dessus ?

Hallucinantes, non ?

A la naissance, environ 3 femmes sur 4 allaitent leur bébé. Au bout d'un mois, 1 seule d'entre elles continue d'allaiter.

Vous savez pourquoi ?

Ce n'est pas par choix que ces femmes renoncent à l'allaitement. C'est par dépits. Ces femmes ont pour la plupart mis toute leur énergie et bonne volonté pour allaiter leur enfant pendant ce premier mois.

Le problème c'est que 99% d'entre elles se sont bercées d'illusions :

  • Elles pensaient prendre leur bébé dans les bras et l'allaiter instinctivement, et ça, dès les premiers jours.
  • Elles pensaient que bébé trouverait tout seul comment prendre le sein et téter comme il faut.
  • Elles croyaient vivre un allaitement selon leurs choix, sans difficultés.
  • Elles pensaient pouvoir utiliser le biberon en cas de besoin, sans répercutions sur leur allaitement.

 

Bref, vous avez compris, la société ne nous prépare pas à l'allaitement.

On ne vous dira pas que c'est difficile au début. Non, personne ne vous le dira.

Parce qu'il faut qu'un maximum de mamans allaitent. Il faut que les statistiques évoquées ci-dessus augmentent parce que la France est l'un des pays développés qui a le taux d'allaitement le plus faible. (Comparé notamment aux Etats-Unis, au Canada, à l'Allemagne...). Et cette statistique, elle fait pas très classe...

 

Moi je vous dis la vérité.

C'est là, à vous de choisir si vous voulez l'entendre ou pas.

Mon but n'est vraiment pas de vous dissuader d'allaiter. La preuve, j'ai créé ce blog pour aider les mamans qui allaitent.

Parce que moi aussi, j'ai fait partie de ces mamans idéalistes, ou peu informées, -appelez ça comme vous voulez-, qui sont arrivées à l'hôpital en prévoyant sérieusement d'allaiter, mais sans y avoir réfléchi. Ma seule inquiétude était mon accouchement...

Personne ne m'a dit de m'informer, de me documenter, acheter des bouquins, des accessoires, etc...

S'informer est pourtant une étape qui vous permettra non seulement de savoir où vous allez, mais aussi et surtout de vous préparer aux difficultés, et éventuellement, -si vos lectures sont de qualité-, d'éviter les douleurs, ou les soigner rapidement.

 

Pour éclairer mon discours, voici ce que les futures mam's allaitantes comme moi ont pris de plein fouet dans la tête, aux débuts de leur allaitement :

  • Elles se sont rendues compte qu'il y avait plein de positions d'allaitement à connaitre pour allaiter, et qu'elles n'étaient pas du tout faciles à apprivoiser.
  • Leur bébé a eu des difficultés à prendre le sein, ou a refusé de le prendre, ou s'est énervé, et elles se sont découragées.
  • Elles ne savaient pas qu'il y avait des risques, des difficultés. Un seul exemple : l'engorgement. Elles ne savaient pas ce que c'était... pourtant la majorité des femmes qui allaitent -si ce n'est pas la totalité- vivent un engorgement aux environs du 3ème ou 4ème jour. (C'est normal, mais c'est mieux de savoir ce que c'est !)
  • Elles ne savaient pas qu'il y avait des risques, des difficultés. Un seul exemple : l'engorgement. Elles ne savaient pas ce que c'était... pourtant la majorité des femmes qui allaitent -si ce n'est pas la totalité- vivent un engorgement aux environs du 3ème ou 4ème jour. (C'est normal, mais c'est mieux de savoir ce que c'est !)
  • Elles ne connaissaient pas le risque de confusion sein-tétine occasionné par les biberon et les sucettes (en cas d'allaitement exclusif).

Enfin...

Comme je vous l'ai déjà dit, j'ai moi-même été dans ce cas-là, alors je sais de quoi je parle.

J'ai vécu plein d'aléas pendant les 3 premiers mois de mon allaitement, que j'aurais pu éviter si je m'étais renseignée avant.

J'ai poursuivi malgré tout, et mon allaitement a duré plus d'un an.

Mon allaitement a été merveilleux, mais aurait pu l'être dès les premiers jours si je n'avais pas souffert de crevasses, et galéré pour faire prendre le sein comme il faut à mon fils.

Mon objectif est donc de vous accompagner pour que vous viviez un allaitement heureux dès les premiers jours. Sans doute, sans douleurs, sans illusions.

  • Pour commencer, voici des articles qui vous seront très utiles ! Bonne lecture !